› International

Mali: Le nouveau code de la famille divise toujours

Le président Toumani Touré qui doit promulguer le code tente d’apaiser les tensions

Le dimanche 23 août 2009, le président malien Amadou Toumani Touré s’est adressé à la communauté musulmane du pays à travers un communiqué de presse à l’occasion de la fête du ramadan. Ceci en réaction au 2ème meeting organisé la veille par le Haut commissariat islamique(HCI) pour protester une fois de plus contre le nouveau code des personnes et de la famille. Amadou Toumani Touré en a profité pour vanter les vertus du dialogue et de la concertation. Et d’après RFI, le président malien veut calmer le jeu et mettre l’unité nationale au dessus de tout.

Depuis l’adoption du nouveau code par les parlementaires le 3 août dernier, plusieurs manifestations de protestations ont été organisées dans le pays. La dernière en date est donc ce meeting convoqué par le HCI au Stade du 26 mars à Bamako. 50 000 personnes y ont pris part, pour dire « non » au nouveau code des personnes et de la famille. On pouvait y voir des femmes voilées, des représe]ntants des familles fondatrices de Bamako et de l’association des musulmans maliens vivant en France. Au cours de cette rencontre aucun débordement n’a été noté. Par contre sur des banderoles on pouvait lire« Non à ce code qui divise les Maliens », « Le Mali n’est pas à vendre », « la femme reste femme, et l’homme reste homme » ou encore « la civilisation occidentale est un pêché ».

Tous les intervenants ont demandé aux députés de revoir leur copie. Et le président du HCI du Mali, l’Imam Mamoud Diko, a lancé un appel au président Amadou Toumani Touré pour qu’il ne promulgue pas ce nouveau code. C’est pour préserver la paix et la quiétude dans notre pays que je dis ça, a-t-il ajouté. Et d’après le journal malien Aurore, il a été notifié à tous les Imams des mosquées du pays de s’abstenir de célébrer les mariages religieux et d’assister aux autres cérémonies sociales des députés musulmans ayant voté une loi qui va à l’encontre des principes de l’Islam. Les filiations de ces députés, doivent être communiquées dans les prochains jours aux différents lieux de culte du pays.
Même si dans le pays de nombreuses manifestations sont organisées pour protester contre ce nouveau code, certaines personnes comme la présidente nationale d’une organisation non gouvernementale féminine, Oumou Touré, estime que le code de la famille est une exigence constitutionnelle et démocratique promouvant la justice sociale.
Dans l’entourage d’Amadou Toumani Touré, on rappelle qu’à côté de la nécessité de respecter les valeurs traditionnelles, la promotion et la protection des droits humains restent une priorité au Mali. En clair, il faut certes tenir compte du contexte local – plus de 90% des Maliens sont musulmans – mais il vaut mieux faire plus de pédagogie autour de cette nouvelle loi, et pourquoi pas en extirper un ou deux articles.

Image d’illustration
blog.uniterre.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut