Opinions › Tribune

Manifestations diasporiques contre les mauvais leaders africains pour quels résultats?

Par Léon Tuam

Au moment où le défaut de volonté politique en Afrique reste encore un obstacle majeur à l’éclosion de ses sociétés, la diaspora africaine récente installée en Europe et aux Amériques semble s’intéresser de plus belle à la situation chaotique de leurs peuples. Mais est-ce une nécessite ?

Les manifestations publiques contre les mauvais dirigeants africains comme arme de combat sont ainsi explorées et prisées par une partie activiste de cette diaspora. Quels agendas possède cette partie de la diaspora ? Comment est-elle organisée et à quels résultats peut-elle arriver ?

Lorsqu’on fait le tour de cette diaspora activiste africaine pays par pays, l’on se rend compte qu’elle n’est pas organisée avec des agendas précis et d’actions précises à suivre de manière continue au cours de l’année ou des ans. L’on s’aperçoit même qu’elle est réactionnaire et court plus après les évènements.

L’on se rend aussi compte que cette diaspora activiste africaine fonctionne telles des algues qui flottent sur l’eau. Et je m’explique. Située très loin de la terre natale (scène des tragédies et d’enjeux vitaux) cette diaspora s’ankylose dans des groupes bruyants qui manquent de socles dans les pays africains.

D’aucuns pour s’octroyer une efficacité inexistante parleront de la lutte diasporique sud-africaine de l’apartheid, oubliant qu’il y avait une structure interne bien organisée, quasi homogène et forte ; alors que les oppositions africaines actuelles, moins patriotes, s’opposent et sont enclines à la trahison.

Il faut dire la vérité aux Africains. Les résultats qui sortent d’un tel combat diasporique sont : La distraction, le fiasco, l’exhibitionnisme miséreux et infructueux de ses acteurs, l’anesthésie des masses africaines dévorées par les politiques maffieuses des politiques pantins, et la trahison, en ce sens que l’occident parfois s’appuie sur ces groupes pour assouvir ses ambitions.

La vraie lutte libératrice des peuples africains doivent se dérouler en Afrique avec les Africains. Les manifestations des Gabonais, Tchadiens, Congolais, Camerounais, Ougandais, Zimbabwéens etc. à paris, Londres, Hambourg, Washington, Montréal, New York, etc. contre leurs dirigeants sont une déperdition de temps et d’effort, voire la trahison de leurs peuples.


Droits réservés)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé