Politique › Institutionnel

Marafa Hamidou Yaya à Kondengui, une simple affaire de détournement?

Le scandale wikileaks avait révélé que ce dernier avait des ambitions présidentielles. Paye t-il le prix aujourd’hui ?

Au lendemain de la mise en détention préventive de Marafa Hamidou Yaya ancien secrétaire général de la présidence récemment encore ministre d’Etat en charge de l’administration territoriale, et d’Inoni Ephraïm ancien Premier Ministre de 2004 à 2009, l’opinion publique ignore encore de manière précise, les faits qui leur sont reprochés. Il est unanimement admis aujourd’hui, source judiciaire à l’appui, que les deux personnalités sont elles aussi impliquées dans l’affaire de l’Albatros, du nom d’un avion acheté pour le Président de la République et qui s’est avéré par la suite défectueux. Vous réalisez que nous avons presqu’un gouvernement qui se retrouve en prison, sans compter des personnes qui dans une autre vie étaient des hommes d’affaires respectés, on a du mal à y croire, je crois que le Cameroun est le seul pays au monde où une telle situation est vécue, explique Francis M, fonctionnaire à Yaoundé. Depuis un certain temps pourtant et cela dès le remaniement gouvernemental du 9 décembre 2011, les nouvelles d’une arrestation imminente se faisaient entendre dans de nombreux médias. Personne ne se prononçait de manière ferme sur l’affaire mais dans les coulisses des idées fusaient, toutes plus invraisemblable les unes que les autres.

Selon une thèse, l’ancien Secrétaire Général, serait en train de payer le prix d’une ambition présidentielle. Ambition dont la désillusion a été mise en évidence, par le magazine panafricain Jeune Afrique, dans lequel il parlait de Marafa. Il était question d’un dauphin en eaux troubles. Dans l’article, on évoque des confidences sur une ambition, qui auraient été considérées comme une erreur tactique dans les arcanes du pouvoir. Parlant de ces confidences, on se souviendra qu’au plus fort de l’affaire Wikileaks, des révélations attribuées à l’ancien ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun, Niels Marquardt, laissaient entendre que Marafa-qui a fait ses hautes études aux Etats-Unis d’Amérique – est le seul Camerounais à avoir admis, ne fût-ce en privé, qu’il avait des ambitions présidentielles. D’autres analyses vont plus loin et laissent entendre qu’au-delà de la simple ambition, Marafa depuis deux années faisait l’objet d’une surveillance sérieuse en raison de son rapprochement présumé avec l’homme d’affaire français Bolloré, connu pour être un proche de Nicolas Sarkozy, le président de la France. Une dernière thèse laisse entendre que l’ancien ministre d’Etat faisait l’objet d’un conflit avec les autres élites du grand nord. Aucune de ces versions très répandues ne fait pourtant l’objet dune confirmation formelle et officielle. Depuis qu’il avait été débarqué du gouvernement, Le ministre Marafa s’occupait à montrer clairement qu’il n’avait aucune ambition Politique. Il s’occupait plus de ses entreprises dans la région du Nord. Ironie du sort, c’est la machine électorale conduite par ce dernier qui aura permis à Paul Biya d’être réélu avec une large majorité en octobre 2011. Il est difficile de savoir s’il aurait mis la même énergie, si on avait pu lui dire que le régime qu’il a servi pendant 20 ans devait le mettre en prison.

Marafa Hamidou Yaya paye t-il pour ses ambitions présidentielles?
Journalducameroun.com)/n

Vos paris sportifs can 2019
1xbet
Zapping CAN 2019
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut
error: Contenu protégé