Société › Société

Marché Mokolo/Yaoundé: La difficile reprise

C’est un marché relooké que les acteurs de ce plus grand centre de commerce de la capitale camerounaise retrouvent progressivement, mais difficilement

C’est dans un climat presque tendu que les activités ont repris au marché Mokolo à Yaoundé, la capitale camerounaise. De nombreux commerçants n’ayant visiblement pas suivi l’évolution des choses durant la fermeture ont été fortement surpris par le nouveau compartimentage des espaces de vente. Désormais, avec la restructuration opérée par la communauté urbaine, il faut trouver une place dans le secteur d’activité concerné par les produits qu’on vend, après avoir discuté avec les responsables élus de chaque secteur. L’autre grande difficulté aura été celle de faire comprendre aux marchands à la sauvette, que les activités chez eux devront reprendre seulement mercredi de la semaine prochaine, leur hangar étant encore en construction. Désormais il leur sera interdit de se balader dans les couloirs et sur les axes du marché. La communauté urbaine ne veut pas faire de quartier cette fois, un personnel en charge de mettre de l’ordre a été recruté. Pour certains usagers de ce marché, le nouveau visage de ce marché est meilleur que l’ancien. « Maintenant, on peut faire librement son marché. Avant lorsque tu descendais, tu n’avais pas le temps de mettre le pied au sol que quelqu’un te tombait dessus et voulait déjà te vendre des choses à la qualité parfois douteuse », a fait savoir Francine T, une habituée. Mais les avis sont vraiment partagés. «Là je suis embêté parce qu’on dit que tout a été réorganisé, mais j’ai du mal à retrouver les différents secteurs. D’un autre côté, nous avions un planning de déplacement dans le marché, je savais que je descends à Dovv, je commence par le secteur des vivres, puis la viande ou le poisson etc, mais là il faut parfois marcher d’un point à l’autre pour rejoindre deux secteurs et ce n’est pas évident », explique une autre usagère du marché.

Au milieu de toute cette confusion, on pouvait retrouver des commerçants ayant des difficultés à retrouver les chefs de secteur extrêmement sollicités. « Nous avons déjà fait dix jours sans vendre, nous risquons encore de passer plusieurs jours pour trouver une place, c’est très difficile pour nous. Nous on vit au jour le jour et lorsqu’on ne vend pas ce n’est pas évident de faire nourrir les enfants à la maison », explique une vendeuse de tomate qui n’a pas encore trouvé de place. Dans la foulée, la réorganisation a fait des heureux. Il s’agit des riverains dont on ne parle jamais dans les effets collatéraux de la présence d’un marché. « Je vis ici à Messa (quartier proche du marché) depuis des dizaine d’années, mais depuis très longtemps c’est la première fois que je suis dans le calme chez moi. Jusqu’ici, tu voulais dormir chez toi et tu entendais des bruits des ventes, des discussions et autre tractation. La mesure gouvernementale a été bien pensée, il faut l’avouer » explique un des riverains. Autre personnes satisfaites, les propriétaires ou locataires des comptoirs. « Je reconnais que j’expérimente cette réorganisation avec une certaine satisfaction. Aujourd’hui des gens sont descendus des taxis et sont venus directement dans notre magasin. Avant, ils devaient d’abord se faufiler entre de milliers de sauveteurs et ce n’était pas bon pour le commerce », fait savoir Kamga Francis, vendeur. Les autorités reconnaissent que le travail d’assainissement amorcé, devra être poursuivi et maintenu, et en appellent au concours populaire. « Il est de notre intérêt, que nous ayons un marché potable et sécurisé. Les gens qui viennent acheter les choses ici doivent aussi respecter la nouvelle répartition et se refuser à encourager les tentatives de certains de déroger à l’organisation. Si on n’achète pas chez quelqu’un qui est mal placé, il va se ranger pour ne pas perdre de la clientèle» a expliqué une des femmes en charge de la régie dans le marché.


google images)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé