Personnalités › Diaspora

Mario Combo, un camerounais « afro beat »

son album autoproduit « Mirror » est dans les bacs. Portrait

Habité par la musique depuis tout jeune à Douala, il a fallu braver les interdits et jour après jour trouver la force d’aller au bout du rêve, du sien. À défaut de guitare ou de saxophone, Mario a cherché sa voix. pour égrener les aléas de la vie. Avec des mots simples, The Mirror explore des sonorités venues d’ici ou d’ailleurs tout en cadençant les petites choses de la vie. Entre un clin d’ il au son des aînés, un zeste de Caraïbe, quelques rayons jazzy font à leur façon vibrer makossa ou bikutsi. Tout cela dans une langue Douala transformée en langage universel.

Mario Combo entame sa carrière de chanteur au Cameroun en 1995. On le rencontre alors comme chanteur dans les cabarets de Douala, puis il prête sa voix à plusieurs productions. En 2003, le fort succèsd’estime obtenu pour la sortie de son premier album solo, I believe l’entraine vers de nouveaux horizons artistiques, dont il rêvait depuis longtemps. Les sonorités acoustiques l’ont toujours fait vibrer, et The Mirror, mêle de façon plus personnelle le fruit de ses influences et de ses expériences. Ses influences musicales sont Eboa Lottin, Al Jarreau, Marvin Gaye, Francis Bebey, Stéphane Dayas, Angélique Kidjo, Henri Dikongue, Ray Lema, Etienne Mbappe, Lokua Kanza, Richard Bona, Abbey Lincoln, Nina Simone, James Brown, Ben Harper, Sade, Miles Davis, Bob Marley, Grover Washington, Ndedi Dibango et Fela Kuti.

Mario Combo
viewmorepics.myspace.com)/n

[c Mario Combo] Cet album parle d’amour, de paix, de respect et de travail. Rien de très original, mais l’universel! « Ebolo » par exemple parle du travail, l’énergie qui nourrit le corps et l’esprit. « Amène-moi » parle d’une rencontre et de la révélation d’un amour au sens le plus noble et le plus pur. « Diba lam » est une chanson qui parle d’une trahison. « Na som » ouvre la porte de la paix intérieure, etc. L’esprit de chaque chanson est résumé dans le livret de l’album, et les personnes qui le liront verront que souvent les rôles d’hommes et de femmes sont indéterminés, chacune ou chacun peut s’y retrouver. Ma démarche est liée au regard que je porte sur l’humanité.[/c ]


The Mirror c’est un hommage aux temps du Highlife dans ʺDimbea Mbaʺ, un air de Merengue pour fêter l’enfant ʺMahelʺ, le Makossa ondulant de ʺEboloʺ, un clin d’ il au Bikutsi avec ʺEssele Mbaʺ, l’âme des Sawas au rythme bolobo de ʺDiba Lamʺ. au c ur d’un univers jazzy presque indéfinissable. Et une voix qui donne à la langue douala un accent universel. Complètement autoproduit, ce nouvel album dont la sortie officielle a eu lieu en juillet dernier, n’aurait pas le même reflet sans la complicité d’Ebeny Ngamby, son talent et son amitié, sans le swing de Valéry Lobé et son exigence à fleur de peau, sans le souffle, le doigté et la générosité de Valérie Ekoumé, Sabine Akono, Hervé Lebongo, Rico, Ndoumbé Djengue, Guy Nsangué, Philippe Monange, Ernest Mvouama, Yves Ndjock, Manu Pezot, Abena (Mister Ray Oliver). Miroir de soi, miroir de l’autre, The Mirror, chargé de Cameroun et d’ailleurs est une invitation à la musique, comme une autre et comme unique.

Mario Combo
Samy N. K.)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut