› Société

Maroc : comment « Les Panafricaines » comptent devenir une force de propositions

Casablanca, le 27 octobre 2018. Photo de famille après la clôture des travaux du deuxième forum du réseau "Les Panafricaines" 2018. ©Droits réservés.

Le réuni les 26 et 27 octobre 2018, le réseau a défini son plan d’action pour les douze prochains mois. 

200 femmes journalistes issues des 54 pays du continent se sont retrouvées les 26 et 27 octobre à Casablanca (Maroc), à l’occasion de la deuxième édition du forum « Les Panafricaines ». Initiée par la radio 2M, cette rencontre a été l’occasion pour ces professionnelles des médias d’échanger sur le thème « Migrations africaines : une chance pour le continent, une responsabilité pour les médias ». Un choix motivé par les mythes et idées reçues sur ce phénomène.

Aussi, il a été démontré, chiffres à l’appui, au cours dudit forum, que la perception sur les migrations africaines est erronée. Un exemple. Alors que dans l’imagerie populaire, les Africains envahissent l’Europe, dans la réalité, 80% de migrations africaines s’effectuent au sein de l’Afrique. L’attention reste pourtant focalisée sur la minorité de migrants africains qui bravent la Méditerranée pour rejoindre le vieux continent.

Dans le but de promouvoir la migration positive et de briser les stéréotypes, « Les panafricaines » ont décidé d’agir. Pour ce faire, les femmes journalistes d’Afrique ont mis différentes instances sur pied, chargées d’implémenter leurs actions. Le modèle organisationnel est basé sur trois entités : un comité permanent, un comité de suivi et un conseil des sages. Le comité permanent est chargé de la coordination générale. C’est lui qui définit l’action du comité de suivi qui, pendant un an, s’assurera d’implémenter les résolutions de la rencontre des 26 et 27 octobre 2018 à Casablanca. Priorité sera donnée à la problématique « Mobilités féminines : une nouvelle dynamique migratoire », objet d’un des sept ateliers du forum « Les Panafricaines » 2018. Cette thématique a reçu 22% des votes lors de la plénière de clôture.

Un conseil des sages, constitué de dix journalistes du continent, a également été créé pour appuyer les organes sus-cités. Son rôle sera de servir d’appui aux comités permanent et de soutien, afin que ceux-ci continuent de mener des actions pertinentes pour peser au niveau des instances -locales ou internationales- de débat.

Par ailleurs, à l’issue des travaux, les journalistes se sont engagées à devenir un réseau solidaire d’informations. Une agence de presse sera créée dans ce sens, afin de permettre à toutes les membres de contribuer à la fourniture d’informations crédibles dans leurs pays respectifs, particulièrement sur les questions des migrations. Le réseau se positionne également comme un outil de collaboration, d’entraide professionnelle, de partage d’expériences.

« Les Panafricaines » veulent constituer une masse critique et devenir une force de propositions pour les institutions internationales et les gouvernements africains.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé