International › APA

Maroc: Le digital, nouvel arme des candidats aux élections du 8 septembre

Propos recueillis par Hicham Alaoui — La campagne électorale démarre ce jeudi 26 août.
Crise sanitaire oblige, l’ambiance s’annonce plutôt feutrée pour la majorité des formations politiques qui ont misé sur le digital pour mener à bien leur campagne.Khadija Sensar, spécialiste en communication d’influence considère que la pandémie de la Covid-19 a sonné la fin du « porte à porte », l’une des méthodes les plus anciennes et les plus privilégiées des candidats aux élections.

Pour cette ex-conseillère de plusieurs ministres marocains, le digital est une « aubaine à saisir », surtout que les « candidats n’auront pas à mobiliser d’énormes budgets pour leurs compagnes ». Au contraire, dit-elle « un budget de communication bien étudié et réfléchi peut permettre au candidat de faire une grande économie et d’être plus efficace en termes de retombées ».

En tout cas, à moins de deux jours du coup d’envoi de la campagne, l’engouement pour le digital se fait déjà sentir.  « YouTube, Facebook, Twitter, Instagram et même Tik tok sont entrés en jeu et en compétition. Des community managers ont été recrutés et des spécialistes en « e-reputation sont désormais aux cotés de la plupart des top management des partis », a souligné Mme Khadija Sensar.

Selon elle, « quatre formations politiques se sont lancées dans une communication digitale agressive et assez bien orchestrée, tandis qu’une autre se positionne à part par une maîtrise et des choix bien ciblés ».

L’enjeu est de taille, comme l’affirme cette experte en communication. « Les messages passeront rapidement et d’une manière plus fluide voir concise. Fini les discours interminables qui prenaient des heures. Aujourd’hui, chaque électeur constitue une cible à part qui, une fois installée devant son smartphone ou son ordinateur portable, peut voir défiler à longueur de journée des émissions, des stories ou encore des reels. A lui seul revient le choix de suivre tel parti ou tel candidat, mais au parti aussi de s’appuyer sur « l’inboud marketing » qui politiquement parlant consiste à séduire l’électeur par un contenu et à influencer ses choix au lieu d’aller vers lui physiquement.

Le digital offre aussi la possibilité d’une communication à double sens.  « S’ils arrivent à saisir l’opportunité d’une communication orientée influence digitale, les partis politiques auront gagné, avec une approche respectueuse, l’électeur qui sera considéré et valorisé en tant que citoyen d’abords avant d’être une voix. Un citoyen pour qui on fournit l’effort d’expliquer et de convaincre au lieu de passer comme un coup de vent dans les meetings. Qu’on le veuille ou non, la communication digitale personnalise le contact ». Mais encore faut-il que le message soit sain et vrai, insiste Khadija Sensar.

Cependant, la digitalisation de la campagne électorale devrait répondre à certaines normes. Parmi celles-ci, la mise en place en place d’une ligne éditoriale. « La mise en place d’une ligne éditoriale est cruciale et son respect l’est encore plus. Cela est nécessaire pour renforcer le capital confiance du parti/candidat », a-t-elle ajouté.

Surtout que « les électeurs aujourd’hui sont devenus plus exigeants, particulièrement les jeunes et tous ceux qui comprennent les enjeux de la politique et des politiciens, rappelle Mme Sensar, tout en rappelant qu’il est du devoir de chacun de voter le 8 septembre prochain.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé