Société › Société

Martin Songtia: »Pour les Camerounais de Corée du sud, le renouvellement des passeports est difficile »

Le président de l’association des Camerounais résidant en Corée du sud a insisté sur l’importance d’ouvrir une ambassade dans ce pays

Comment se porte Camasko et pouvez-vous nous parler de sa structuration et de son parcours en quelques mots?
Notre association CAMASKO se porte bien parce que depuis quelques mois nous sommes sans mauvaises nouvelles comme décès ou interpellations policières. Camasko se porte bien aussi parce que nous avons plein de nouveau membres. Dans le volet de la structuration, CAMASKO est composée d’un bureau exécutif et des membres. En dehors des postes, nous avons aussi les auxiliaires comme le conseil de sages, et les responsables du département de sport (Camasko lions). CAMASKO a été crée en 2000 pour l’entraide des camerounais elle est a sa 6eme génération. L’adhésion est ouverte à tout Camerounais par naissance résident en Corée, Ceux qui sont légalement naturalises comme Camerounais les épouses et époux des camerounaises.

Quels sont les principaux problèmes que vous rencontrez ici en Corée du sud?
Avec un nombre de personnes grandissant rapidement au sein de notre communauté, les problèmes naissent tous les jours. Il n’est pas aisé de parvenir a maintenir son statut d’étudiant, due au manque de finance nonobstant la possibilité qui existe de faire des vacations pas toujours évidentes. Nous avons aussi vécu quelques temps difficiles comme le décès de certains membres, des interpellations policières et parfois de l’immigration. Mais Le plus grand problème qui nous secoue ici actuellement c’est le fameux problème de passeport biométrique. Avant, il était facile de proroger son passeport sur place ou obtenir un nouveau au consulat. Présentement, il faut devoir se déplacer pour la chine ou au Cameroun pour obtenir un passeport, ce qui nous donne le fils à retordre. C’est un véritable casse-tête chinois. Imaginez-vous, nous ne parvenons pas déjà à joindre les deux bouts avec les problèmes scolaires et de survie mais s’il faut ajouter à cela le transport pour aller en Chine, les frais d’hôtel, la ration, le transport interne ou au Cameroun avec un billet d’avion aller-retour moyennant 1.200.000frs et autres dépenses au pays je vous assure c’est difficile. C’est un véritable serpent de mer et une pilule difficile à avaler.

Quels sont vos rapports avec le peuple coréen ? Êtes-vous aussi victimes de racisme comme on le voit ou l’entend dans certains pays?
Nous avons de bon rapports avec les Coréens et surtout comme beaucoup d’entre eux sont hospitaliers et parfois très sympathiques. Concernant le racisme, il est bien vrai qu’il n’y a aucun pays qui pratique le « racism free », même chez nous il y a les racistes, mais je dirai que la Corée du sud est meilleure par rapport à d’autres pays où j’ai résidé. C’est un pays ou l’homme est respecté sans tenir compte de sa peau.

Dans certaines rencontres avec vos membres, vous déplorez toujours l’absence de l’ambassade du Cameroun ici en Corée, pourtant vous avez un consulat honoraire ; pourquoi vous insistez tant?
Vous savez il y a une très grande différence entre un consulat honoraire et une ambassade dont le pouvoir est plus grand. Permettez-moi de saisir cette perche tendue pour saluer et de féliciter le consul DONG SOON CHO et son vice YONG MOOK Park pour l’appui qu’ils nous apportent au quotidien. Nous en sommes très reconnaissants. Vous savez, dans les années 50 a 80 ce n’était pas ça. la Corée vu sa position dans le monde aujourd’hui, économiquement et politiquement, (12eme voire 10eme puissance économique, membre de la G20, OECD, PIB(GDP) 2012 – $1,611trillion, PIB/P(GDP-per capita 2012) – $32,400, etc., ), vue son appui aux pays comme le nôtre, je crois que notre pays aura beaucoup d’avantages en créant une Ambassade ici.

Y a-t-il un message à envoyer au gouvernement camerounais?
Justement, et le tout premier c’est la création d’une Ambassade en Corée et Je souhaite que les pouvoirs publics se penchent vraiment sur le sujet ainsi, Nous aurons beaucoup à gagner de ces relations diplomatiques et les Coréens ont pris l’avance sur nous en créant le leur il y a déjà quelques années. Le deuxième souhait c’est l’appui financier du gouvernement aux étudiants Camerounais en Corée. La population Camerounaise ici est majoritairement estudiantine, allant du premier cycle universitaire, au Master et au Doctorat et près de 98% sont des « self-sponsors » hors mis quelques étudiants de l’Agence de Coopération Internationale Coréenne (KOICA). Il n’est pas facile pour ces étudiants de joindre les deux bouts surtout avec le niveau de vie si élevé en Corée. Pour le troisième souhait, je vais revenir sur le problème, de passeport. Il faut que les pouvoirs publics nous allège vraiment cette tâche. Je ne suis pas expert en la matière, mais si c’était possible qu’au niveau du consulat, les photos, les empreintes digitales et les signatures sont prises et envoyées numériquement a Yaoundé pour établissement du passeport, ça devait nous soulager en réduisant tous les risques liés aux voyages et de dépenses exorbitantes. Je crois que le rôle du gouvernement, c’est d’essayer d’alléger les souffrances a ses concitoyens.

Le president de CAMASKO et quelques membres du bureau
journalducameroun.com)/n

Quelles sont les réalisations de Camasko et les projets de cette association pour le Cameroun?
En ce qui concerne les réalisations de CAMASKO, nous facilitons intégration des nouveaux venus en terre sud-coréenne. Aux étudiants, nous donnons des conseils et orientations. Aux hommes d’affaires, nous les aidons à s’introduire dans les sociétés ou à leur trouver les partenaires et dans certains cas comme litige commercial, nous les aidons à trouver un terrain d’entente avec leurs partenaires.
Parlant de projet, le plus grand que nous avons pour notre beau et cher pays, c’est de pouvoir aller au bout de nos études et rentrer le servir. C’est la raison pour laquelle, nous demandons un appui financier au Ministère de l’Enseignement Supérieur pour les étudiants bases ici.

CAMASKO vous apporte t’il le  »bonheur ou le malheur » et rencontrez-vous aussi les problèmes de mauvaise gestion au sein de ce groupe comme dans certains?
Je ne peux pas évoquer le mot Malheur ici. Je suis là où j’avais volontairement levé mon petit doigt et la communauté m’a élu, et je crois l’avoir dignement servi au cours de mon mandat mais c’est à elle d’en juger. Il est vrai que c’était très difficile avec plusieurs cas de décès, mais le bon Dieu m’a emmené jusqu’au bout. Tous ces corps ont été rapatries au pays par le biais de l’association et parfois par le soutien des familles endeuillées. Mais au delà il y a aussi eu beaucoup de joies et de meilleurs moments. Pleins d’étudiants sont parvenus à décrocher leur diplômes et il y a aussi eu des naissances etc.Donc je vois plus le mot bonheur que malheur dans mon règne.

Monsieur le Président nous vous remercions
Je ne peux qu’à mon nom personnel et au nom de CAMASKO vous dire grand merci à vous et a toute la grande équipe du journalducameroun.com de nous avoir donné cet opportunité de parler de notre association et de passer quelques doléances aux pouvoirs publics du Cameroun. Nous vous serons toujours reconnaissants et nous prions que vous continuez à uvrer pour notre pays dans le domaine de l’information. Vous êtes le journal cybernétique préféré des camerounais en Corée du sud. Je vous remercie.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut