Société › Société

Medias: un journaliste sanctionné pour avoir tenu des «propos graves» contre le Coran

Nathan Homère Amougou de Vision 4 a été suspendu pour six mois par le CNC lundi

Le Cameroun est un Etat multiconfessionnel où cohabitent pacifiquement plusieurs religions, et le ministre de la Communication entend bien attirer l’attention des journalistes sur ce fait. Nathan Homère Amougou, en service à la chaine de télévision privée Vision 4 vient de l’apprendre à ses dépens, en écopant d’une suspension de six mois de l’exercice de la profession de journaliste, dans une décision prise à son encontre par le régulateur des médias. La sanction, prise au cours de la 13e session ordinaire du Conseil national de la Communication (CNC) le 11 mars 2016, a été rendue publique hier, lundi, 21 mars 2016.

A l’origine de cette suspension.une plainte du ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary. Le ministre a saisi le régulateur des médias concernant la diffusion de l’émission «Sans Tabou», un programme diffusé nuitamment en direct sur Vision 4. Dans l’émission diffusée le 25 février 2016, des panélistes, d’après la décision du CNC, consultée par Journalducameroun.com, ont tenu de nombreux propos critiques sur l’Islam. Parmi le florilège présenté par le Mincom, on peut lire: «le Coran est un livre imaginé», «le Coran est un plagiat de la Bible» ; «Dans le Coran, il y a des sourates qui demandent à tuer les Chrétiens», «l’Islam s’est fondé par le sang.continue à prendre du terrain par le sang et c’est ce que le drapeau de l’Arabie Saoudite nous enseigne, ainsi que Boko Haram».

Convoqué par le CNC le 03 mars dernier, le présentateur de l’émission a indiqué aux membres de l’instance de régulation des médias que le cadrage des participants à une telle émission était une tâche «difficile» du fait de sa diffusion en direct.

Suspensions en série
Malgré la diffusion d’autres émissions sur la même chaîne avec pour but d’apporter un rectificatif aux propos décriés, le régulateur a estimé que le mal avait déjà été fait. Les propos diffusés le 25 février présentant «un caractère offensant compte tenu de la situation sécuritaire que connait actuellement le Cameroun». Le présentateur écope ainsi de six mois de suspension de l’exercice de la profession de journaliste pour «manquement professionnel» suite à la diffusion, dans l’émission «Sans Tabou», de «propos graves, violents et non justifiés à l’encontre de la religion musulmane et du Coran, qui sont de ce fait constitutifs d’atteintes à l’éthique et à la déontologie professionnelles en matière de communication sociale». Le directeur de publication de la chaine de télévision Vision 4, Jean Pierre Amougou Belinga, reçoit quant à lui un avertissement suite à la diffusion de ladite émission.

Lors de sa 13e session ordinaire le régulateur des médias a également pris d’autres décisions suspendant ou avertissant des journalistes en service dans des médias privés du Cameroun.

Outre le DP de Vision 4, le CNC a prononcé un avertissement contre Charles René Nwe, journaliste au bi-hebdomadaire «La nouvelle Presse».

Parmi les suspensions, on relève celles touchant : le bi-hebdomadaire «Aurore Plus», son directeur de publication, et deux journalistes de l’organe, notamment Barthélemy Nzock et André Som (06 mois) ; Aboubakar Dewa, journaliste en service à l’hebdomadaire «L’anecdote» (03 mois), Haman Daniel, journaliste en service à «le Soir» (01 mois) ; le quotidien «La Météo» (01 mois) et un de ses journalistes, Mamouda Labran (03 mois).

Le Directeur de la publication «La nouvelle presse» est suspendu pour un mois, tandis qu’un de ses journalistes, Conrad Atangana, écope de 03 mois. Sont aussi suspendus pour une durée de 03 mois l’hebdomadaire «L’indépendant», ainsi que deux de ses journalistes, Eric Doualla Manga et Arsène Ndzana.

Consulter intégralement les décisions prises par le CNC le 11 mars 2016.


Droits reservés)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé