Politique › Institutionnel

Mémorandum contre Biya: la classe politique camerounaise s’enflamme

Le ton de ce texte est particulièrement vif et empreint de menaces. En réponse, d’autres dignitaires viennent d’en prendre le contrepied, mais le débat n’en est que plus agité

Au Cameroun, un mémorandum au vitriol adressé au président Biya secoue les milieux politico-administratifs de Yaoundé depuis des semaines. Le ton de ce texte est particulièrement vif et empreint de menaces. En réponse, d’autres dignitaires viennent d’en prendre le contrepied, mais le débat n’en est que plus agité.

Les mots et le ton pour dire le désamour avec Paul Biya dans ce document sont sans équivoque. Le mémorandum commence donc par dénoncer les absences et l’inaccessibilité du président Biya, contrairement « aux obligations liées à sa fonction », comme le précise le document.

Les signataires sont tous originaires du département du Mfoundi, duquel dépend la ville de Yaoundé. Ils disent se sentir désormais à l’étroit sur leurs terres qui sont soit confisquées, soit revendues avant de menacer : « Nous n’entendons plus nous laisser faire. »

Le brûlot va plus loin avec des piques contre d’autres communautés qui auraient désormais en leur défaveur les préférences du président Biya alors que rappellent-ils, ils seraient ceux qui ont sauvé le régime ces dernières décennies de la succession des crises traversées.

La réplique à cette quasi bombe sous le ciel si souvent sans nuages de Yaoundé est venue d’autres fils et filles du département du Mfoundi dont des ministres, des députés et autres chefs religieux. Lors d’une réunion tenue à Yaoundé le 18 octobre dernier, ils ont dénoncé ce mémorandum comme relevant d’une démarche sectaire porteuse de déstabilisation et d’exclusion avant de réaffirmer leur total soutien au président Biya. Mais pour nombre d’observateurs, le mal est fait et l’avenir plein d’incertitudes.

Sur le même sujet :
Cameroun: Albert Dzongang et le mémorandum des patriarches «béti»
Le mémorandum du Mfoundi adressée au président Paul Biya


Droits réservés )/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé