Santé › Conseils pratiques

Méningite : Un danger pour le cerveau et la moelle épinière

Cette maladie virale atteint les organes rattachés à notre circuit de pensée. Il peut entrainer la folie, voir la mort.

Le terme méningite signifie « inflammation des méninges ». Les méninges sont les membranes qui entourent le cerveau et la moelle épinière. Il y a inflammation des méninges par suite d’une infection du liquide entourant ces membranes. Ce liquide est appelé liquide céphalorachidien (LCR).

La méningite peut être causée par plusieurs facteurs. Cependant, elle est principalement le fait de bactéries ou de virus. . Les bactéries à l’origine de la maladie ne sont généralement pas dangereuses. D’ailleurs, d’après un spécialiste, la majorité de personnes portent en elles l’une ou l’autre de ces bactéries. Il existe plus de 50 types de bactéries pouvant potentiellement causer la méningite. Les cas les plus courants de méningite bactérienne sont le pneumocoque, le méningocoque, le streptocoque du groupe B et le colibacille ou E. Localisés dans la zone de la gorge et du nez, ces germes se répandent par la toux, les éternuements et les baisers. Néanmoins, ces « prédateurs » difficilement hors du corps humain pendant longtemps. Dans l’organisme, les bactéries pénètre le liquide céphalorachidien, se multiplient et provoquent une inflammation des méninges et l’apparition d’autres symptômes de la maladie.

Il existe d’autres facteurs susceptibles d’accroître le risque de contraction de la méningite. L’on peut citer entre autres, une intervention chirurgicale au cerveau ou à la moelle épinière, une atteinte ou anomalie du système immunitaire, une défaillance rénale, une utilisation de corticostéroïdes et une blessure à la tête. Par ailleurs, et plus rarement, la méningite, est aussi due à des champignons ou des parasites. C’est par exemple ainsi que le cryptococcus est un champignon à même de provoquer la méningite. Cependant, concernant ces dernières causes, un médecin laisse entendre que les cas sont rares et rencontrés presque toujours chez des personnes dont le système immunitaire est affaibli tels les sidatiques et les tuberculeux, les personnes âgées, les enfants de moins de 24 mois, et les cancéreux. En outre, certains médicaments et produits chimiques irritants peuvent entraîner une inflammation du cerveau assimilable à la méningite. A maintes reprises, il a été fait cas de situations ou des vaccins provoquent une méningite. Cette méningite dite virale ou induite chimiquement disparaît souvent par elle-même.
Dans la plupart des cas, les personnes atteintes présentent des symptômes identiques. Il s’agit notamment d’une fièvre de plus de 39 °C, de violents maux de tête, d’un cou douloureux précisément lorsqu’on essai de le remuer et ce, à cause de l’inflammation des méninges. Cette dernière manifestation peut ne pas s’observer chez des individus ayant un système immunitaire défaillant comme celles citer plus haut. L’inflammation des vaisseaux sanguins du cerveau diminue l’approvisionnement en oxygène de cette partie vitale du corps. Cette carence en oxygène provoque des étourdissements, des convulsions et dans des situations plus inquiétantes, le coma. La pression sur le cerveau due à l’augmentation du volume des méninges peut également entraîner des vomissements, des éruptions cutanées semblables à des piqûres d’épingle et une teinte bleuâtre de la peau. Il est possible que des complications surviennent et perdurent même après un traitement. Ces complications peuvent se décliner en débilité mentale, surdité, paralysie ou convulsions permanentes.


journal du Cameroun)/n

L’analyse d’un échantillon du liquide céphalorachidien permet de déceler la présence des bactéries responsables de la maladie. Le liquide est prélevé à travers un procédé qui consiste en l’introduction d’une aiguille dans la partie inférieure de la moelle épinière. Cette opération est appelée ponction lombaire de spécifier le germe responsable et d’en déterminer un traitement approprié. Le traitement se fait à l’aide d’antibiotiques. A coté de la pénicilline à laquelle les bactéries sont devenues résistantes, d’autres antibiotiques, pouvant être administrés en association, sont développés pour combattre la méningite. Aux très jeunes enfants (plus d’un mois) l’on administre des médicaments anti-inflammatoires dans le but de minimiser le risque de surdité et autres dangers de la méningite sur le cerveau. Pour prévenir la maladie, des vaccins sont administrés à diverses catégories de personnes. Les enfants dont les ages varient entre 2, 4, 6, 12 et 15 mois sont immunisés de même les adultes de plus de 65 ans, sans oublier des personnes dont le système immunitaire est défaillant ou ayant subi une extraction de la rate.

Des vaccins préventifs existent aussi pour prévenir la méningite. Ils sont généralement administrés aux jeunes enfants. Cependant, les adultes peuvent également être immunisés contre la maladie grâce aux divers types de vaccins existants. Au Cameroun, en période de saison sèche et même au-delà, des campagnes de vaccination sont régulièrement organisées pour éviter des épidémies en permettant au plus grand nombre de personnes de se prémunir. Par mesure de prudence l’on ne perdrait rien en faisant un tour dans un centre de santé reconnu. Car il ne faut jamais oublier que la méningite peut être mortellement foudroyante


www.creapharma.ch)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut