› Santé

Menstruation : Comment choisir sa serviette?

©Droits réservés

La période des menstrues comporte beaucoup de stress chez les femmes qui, malgré la régularité de ce phénomène, ont parfois du mal à s’habituer.

Le 28 mai dernier a eu lieu la Journée mondiale des menstruations. Le «Menstrual Hygiene Day» (Mhd) est un événement qui brise le tabou lié aux menstruations, et invite à se questionner sur la condition des femmes et les problématiques liées à leurs règles à travers le monde.

Ce n’est pas toujours de gaieté de cœur que les femmes accueillent leurs menstrues tous les mois. La douleur, la gêne et certains autres malaises sont à l’origine de cette angoisse. On constate aujourd’hui, qu’en plus de ces tourments, vient s’ajouter le choix des serviettes hygiéniques à utiliser. Dans nos supermarchés ou autres espaces de vente, on retrouve une gamme variée. Il existe deux grandes catégories de serviettes : les épaisses, et les minces. Chacune choisit selon son goût mais surtout selon son flux et le confort recherché.

Les femmes au flux abondant choisiront les serviettes épaisses qu’on appelle également “Maxi” ou “classique”, ceci pour une protection efficace et davantage de confort. Les serviettes minces qu’on appelle également “extra-fine” ou “ultra”, quant à elles, conviennent aux femmes au flux moins abondant. Elles apportent également la protection et davantage de discrétion.

Le flux n’est pas la seule raison qui motive le choix des femmes. Certaines choisissent les serviettes parfumées pour ne pas courir le risque d’indisposer les autres. D’autres optent pour les tampons qui leur permettent d’être plus à l’aise pendant leur déplacement ou lorsqu’il faut aller en salle de gym. Au-delà du facteur esthétique, il faut prendre en compte le côté santé.

Certaines substances dites toxiques sont contenues dans les tampons et les serviettes jetables, notamment de l’aluminium, des alcools, des additifs de parfum (particulièrement irritants) et des hydrocarbures, sans oublier les pesticides. Pis encore, les procédés de blanchissement des tampons laissent des résidus de dioxine.

La paroi vaginale étant très absorbante, les substances chimiques qui composent ces produits jetables n’ont alors aucune difficulté à pénétrer l’organisme. Ce qui est dangereux pour la santé.

Pour préserver leur santé, certaines femmes à l’instar d’Amina sont revenues à la méthode de grand-mère. Elle est certes hargneuse, mais la santé n’a pas de prix. Pour ce faire, elles utilisent les protections intimes en tissu réutilisables. Elles sont lavables à la main ou à la machine.  Il faut ensuite les repasser et les conserver dans un lieu propre et sec, pour une hygiène plus saine. Ces serviettes hygiéniques lavables sont généralement composées, au- dessus d’une membrane en coton, un absorbant en tissu à l’intérieur et une barrière anti-fuite dessous. Cette membrane imperméable peut-être respirante ou non.

L’absence d’informations empêche à de nombreuses femmes de se poser des questions. On choisit selon ses goûts mais aussi selon sa bourse. Les serviettes à base d’anion, souvent conseillées pour ces périodes, ne sont pas à la portée de toutes les bourses. Il faut débourser 3.500 francs Cfa pour un paquet de 10 serviettes, alors qu’avec cette même somme on peut avoir six paquets de dix serviettes chacun d’une marque beaucoup moins prestigieuse.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut