› Santé

Menstrues : les alternatives aux serviettes hygiéniques

©Droits réservés

Avec les nombreuses substances dites toxiques que renferment les serviettes hygiéniques classiques, il serait bon que les femmes pensent à des solutions palliatives pour préserver leur santé.

Fatiguées des irritations, de l’inconfort ou de tout autre désagrément, vous pensez à arrêter d’utiliser les serviettes hygiéniques ? Ou, tout simplement, vous chercher une solution plus avantageuse pour la sauvegarde de l’environnement ? Une solution existe forcément pour vous. En effet, en dehors des serviettes hygiéniques jetables que  les femmes utilisent généralement au moment de leurs menstruations, il existe une panoplie de protections qu’elles pourraient utiliser à ce moment-là.

Il est vrai que les serviettes hygiéniques classiques ont l’avantage d’être facile à trouver sur le marché. Mais celles-ci contiennent des produits chimiques et des parfums synthétiques qui sont directement en contact avec nos muqueuses. Ce qui pourrait avoir des conséquences néfastes sur la santé des femmes. Ce qui n’est pas le cas de :

La coupe menstruelle

De plus en plus à la mode, cette petite coupe en forme de cloche, fabriquée le plus souvent en silicone ou en latex se fraye tout doucement un chemin dans les placards des femmes. Economique et écologique, la coupe menstruelle a l’avantage de ne pas assécher le vagin. De plus, elle ne se change qu’une à deux fois par jour. Néanmoins, elle nécessite un temps d’adaptation, plus ou moins long en fonction des utilisatrices. Elle impose aussi certaines règles de santé, notamment la faire bouillir pour la stériliser avant emploi.

Les serviettes en coton bio

Bien qu’elles ne soient pas très connues ou utilisées au Cameroun, elles représentent ce qui se rapproche le plus de ce que les femmes camerounaises utilisent lors de leurs menstrues. Elles vous permettent de garder vos habitudes déjà établies avec les serviettes classiques. Et puis vu que c’est bio et naturel, c’est mieux pour votre corps et ça fait moins de dégâts dans l’environnement. Car elles sont fabriquées sans matière synthétique, sans plastique, sans parfum (potentielle source d’irritations et de démangeaisons) et sans cellulose.

Les tampons

C’est un dispositif absorbant habituellement jetable, le plus souvent en viscose parfois agrémenté d’un voile de coton, inséré dans le vagin comme protection hygiénique afin d’absorber le sang pendant les menstruations. Cette protection jetable interne est  apparue aux États-Unis dans les années 1930. En 1980, la première alerte concernant ce produit est donnée : le syndrome du choc toxique (SCT). C’est une maladie rare, grave, voire mortelle due à des toxines liées à la prolifération d’un staphylocoque doré. Cette pathologie a été associée à l’utilisation des tampons même si ce n’était pas la seule cause.

La serviette lavable

Pendant longtemps, elle a été la protection de prédilection des camerounaises. Les serviettes lavables ont pourtant été délaissées depuis quelques années au profit de leurs sœurs jetables. Jugées pénibles à entretenir, seules quelques rares femmes les portent encore de nos jours. Pourtant, on retrouve le même concept qu’une serviette hygiénique, mais sans déchet. Une fois que les pertes sont absorbées, la serviette se lave et se relave à l’envi. De plus, du fait de leur réutilisation, elles sont économiques.

Depuis 2012, une équipe a mis sur pied un projet de production des serviettes hygiéniques lavables (FAM) au Cameroun.  Disponible à 3500fcfa, un kit FAM est constitué de 3 serviettes hygiéniques lavables, 3 inserts, 1 sachet de transport et un guide d’utilisation. Selon la responsable du projet, Olivia Mvondo, « les serviettes FAM sont standards et  sont modulables en fonction de l’intensité du flux en ajoutant 1 ou 2 inserts. Elle se fixe autour de  la culotte grâce à un bouton pression ».

À côté de tout ceci, les femmes qui n’ont pas assez de moyen ont trouvé des solutions plus pratiques et économiques. Elles utilisent des couchent de bébé usagers qu’elles découpent, plient et déposent sur les slips. Le même procédé est utilisé avec des serviettes éponges. À vous donc de voir laquelle de ces méthodes vous sied le mieux.

À LA UNE
Retour en haut