Opinions › Tribune

Message de Maurice Kamto Ă  la jeunesse camerounaise

Par Maurice Kamto, président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC)

Mes chers jeunes compatriotes, Vous cĂ©lĂ©brez dans quelques heures le cinquantenaire de la fĂŞte de la Jeunesse, placĂ©e cette annĂ©e sous le thème « Jeunesse, citoyennetĂ© et lutte contre l’insĂ©curitĂ© pour l’avènement d’un Cameroun Ă©mergent ».

L’annĂ©e dernière, je dĂ©butais mon message Ă  votre attention par l’exaltation du combat farouche que nos vaillantes forces armĂ©es livrent avec bravoure Ă  la secte Boko Haram. Ce conflit armĂ© dĂ©vastateur qui cause la dĂ©solation et le deuil est loin d’ĂŞtre terminĂ©. Permettez-moi cependant de vous dire, cette annĂ©e, que notre pays fait dĂ©sormais face Ă  une autre grande menace sur sa stabilitĂ© sociale : Il s’agit de la dĂ©termination du rĂ©gime en place de confisquer le pouvoir Ă  n’importe quel prix, y compris Ă  travers de mauvaises Ă©lections.

En effet, vouloir rester au pouvoir lorsque votre bilan Ă©conomique, politique, social et culturel parle en votre faveur est une chose, mais vouloir s’agripper au pouvoir pour le pouvoir, alors mĂŞme que le bilan d’un long règne montre de façon flagrante qu’il n’a pas apportĂ© le bien-ĂŞtre au peuple camerounais, c’est prĂ©parer une crise dont les Camerounais, Ă©puisĂ©s par les souffrances de toutes sortes, n’ont pas besoin.

Mes chers jeunes compatriotes, un pays dans lequel les citoyens ne peuvent pas choisir leurs dirigeants, par des mécanismes démocratiques, libres et transparents, ne prépare pas la paix sociale, mais planifie en toute conscience le désordre et la violence. Il se décrédibilise et crée un climat de manque de confiance chez les investisseurs et les partenaires au développement.

Nous avons vu et voyons encore autour de nous, les consĂ©quences dĂ©sastreuses, immĂ©diates et Ă  long terme, de l’obstination de certains dirigeants « mal Ă©lus » Ă  vouloir conserver le pouvoir Ă  tous les prix. Je vous exhorte Ă  uvrer ensemble, par l’inscription massive sur les listes Ă©lectorales et la sensibilisation autour de vous sur l’importance des Ă©lections crĂ©dibles, transparentes et dĂ©pourvues de fraudes, comme l’unique voie lĂ©gitime d’accĂ©der ou de conserver le pouvoir, afin d’Ă©viter Ă  notre cher pays de telles Ă©preuves.

Depuis trois ans, je n’ai cessĂ© d’interpeller le gouvernement sur les graves difficultĂ©s auxquelles sont confrontĂ©s les couches dĂ©munies de notre sociĂ©tĂ©, en particulier les jeunes: un chĂ´mage endĂ©mique d’une ampleur hallucinante, car un jeune camerounais sur deux est sans emploi, doit vivre au crochet de ses parents eux-mĂŞmes dĂ©jĂ  paupĂ©risĂ©s, s’ils les a encore; des centaines de diplĂ´mĂ©s sortis de nos universitĂ©s et grandes Ă©coles sont obligĂ©s de se reconvertir en conducteurs de mototaxis ou en vendeurs ambulants ; un système sanitaire dans lequel tout est payant et qui offre la mort davantage que la vie; des populations qui manquent d’eau potable et d’Ă©lectricitĂ©, tant dans les grandes agglomĂ©rations que dans l’arrière-pays ; des dizaines de morts au quotidien sur nos routes dĂ©foncĂ©es; un système Ă©ducatif dans lequel tous les postes de responsabilitĂ© ont un prix de vente; un manque scandaleux d’infrastructures sportives Ă  la portĂ©e des jeunes; l’absence d’une politique culturelle pouvant faire Ă©clore de vrais talents dans tous les domaines de la culture, et j’en passe. Comment espĂ©rer que les jeunes puissent trouver leur Ă©panouissement dans un tel contexte?

Au lieu de s’attaquer Ă  ces problèmes de fond, les dirigeants actuels de notre pays, en panne d’imagination, fabriquent de pagnes pour faire dĂ©filer les jeunes et s’activent Ă  construire des monuments pour dĂ©livrer quel message on ne sait; noient les problèmes du pays dans des « appels » et autres « motions de soutien » fomentĂ©es par une certaine « Ă©lite » qui tire profit de sa position et souhaite prĂ©server ses avantages au dĂ©triment de l’immense majoritĂ© de la population.

Cette Ă©lite, composĂ©e en majoritĂ© de hauts fonctionnaires de l’État, prĂ©tend parler au nom des rĂ©gions entières du Cameroun, et mĂŞme au nom de certaines institutions publiques du pays, alors qu’elle est censĂ©e ĂŞtre au service de tous les citoyens camerounais, et donc neutres. Cette vieille ficelle stalinienne des « motions de soutien », qui montre qu’ils n’ont jamais quittĂ© l’ère du parti unique, tout comme les tripatouillages annoncĂ©s de la Constitution ne doivent pas vous distraire. Comme par le passĂ©, depuis 1983, ces manipulations constitutionnelles se feront pour des intĂ©rĂŞts purement et simplement Ă©goĂŻstes, et non pour rĂ©gler une question fondamentale de sociĂ©tĂ©, amĂ©liorer la dĂ©mocratie ou le fonctionnement des institutions de la RĂ©publique.

En effet, rien en ce moment ne justifie l’urgence d’une Ă©lection prĂ©sidentielle anticipĂ©e, ni la rĂ©duction du mandat prĂ©sidentiel de 7 Ă  5 ans alors que les mĂŞmes dirigeants s’Ă©taient battus âprement pour porter le mandat de 5 ans Ă  7 ans en 1996 et qu’ils ont rĂ©visĂ© la Constitution en 2008 pour supprimer la limitation du nombre de mandats prĂ©sidentiels. Un seul motif anime le rĂ©gime en place : confisquer le pouvoir au Cameroun Ă  jamais. Vous devez donc vous prĂ©parer Ă  sortir, le moment venu, le sortant par les urnes: le seul et unique PrĂ©sident de la RĂ©publique qu’ont pu connaĂ®tre ceux d’entre vous qui ont dĂ©jĂ  40 ans aujourd’hui !

Afin de sauver la paix dans notre pays par la dĂ©mocratie pluraliste et Ă©lective, le MRC fidèle Ă  sa logique de recherche permanente des conditions de paix et de justice sociale, a interpellĂ© les instances dirigeantes de notre pays sur l’urgence d’une rĂ©vision consensuelle de notre code Ă©lectorale actuel, parce qu’il rend possible les fraudes massives et les irrĂ©gularitĂ©s de toutes sortes, comme l’ont montrĂ© les Ă©lections couplĂ©es lĂ©gislatives et municipales de 2013. Le gouvernement en place nous a opposĂ© un silence mĂ©prisant et pour bien nous faire comprendre son mĂ©pris, il a fait violenter nos militants dans leur intĂ©gritĂ© physique, sans raison valable aucune.

Mes chers jeunes compatriotes, ce message me donne l’occasion de relever pour le dĂ©plorer et le dĂ©noncer avec vigueur la perpĂ©tration des sĂ©ries de crimes odieux et abominables observĂ©s ces derniers temps Ă  travers notre pays (bĂ©bĂ©s dĂ©capitĂ©s, jeunes filles Ă©ventrĂ©es, etc.). Évidemment, c’est avec la dernière Ă©nergie que je condamne les auteurs de ces actes crapuleux et inhumains. Je demande aux dirigeants du pays de faire toute la lumière sur ce phĂ©nomène qui Ă©branle les populations, et instaure un climat de peur et de paranoĂŻa dans les quartiers de nos villes et villages.

Pour terminer, chers jeunes compatriotes, le projet de sociĂ©tĂ© que le MRC vous propose est pragmatique, crĂ©dible, et source de crĂ©ation de valeurs pour chaque camerounais, et pour le pays tout entier. La jeunesse est au c ur de ce projet de sociĂ©tĂ©, et rien sauf une bonne Ă©ducation reposant Ă  la fois sur une formation acadĂ©mique et une formation professionnelle de haute qualitĂ© ne peut garantir sa pleine Ă©mancipation. Il est question de donner Ă  tous les jeunes de notre pays, sans discrimination aucune, les moyens qu’il faut pour acquĂ©rir des connaissances et un savoir-faire de pointe, pour leur accomplissement personnel et pour le bien du pays tout entier. Les capacitĂ©s entrepreneuriales, de crĂ©ation des richesses et d’emplois dĂ©cents et durables sont Ă  ce prix, la compĂ©titivitĂ© au niveau global aussi.


Pour construire la sociĂ©tĂ© camerounaise nouvelle que nous vous promettons, votre engagement politique est primordial. Il s’agit d’un devoir citoyen qui n’est pas rĂ©servĂ© Ă  une certaine classe d’individus. S’engager politiquement pour un jeune, c’est s’intĂ©resser Ă  la gestion des affaires de la citĂ©, c’est prendre position de manière responsable face aux diffĂ©rents enjeux socioculturels, politiques, Ă©conomiques, environnementaux, de gouvernance qui se dressent devant nous. Au MRC, nous sommes convaincus qu’avec votre engagement, nous pouvons faire la politique autrement et rĂ©ussir ensemble des choses qui paraissaient impossibles. L’inscription sur les listes Ă©lectorales fait partie des prĂ©alables de votre engagement politique.

Je vous invite donc non seulement Ă  vous inscrire massivement, mais Ă©galement Ă  encourager vos proches Ă  le faire. INSCRIVEZ-VOUS SUR LES LISTES ÉLECTORALES ET EXIGEZ VOS CARTES D’ÉLECTEURS POUR ALLER VOTER LE JOUR DU SCRUTIN.

Avec vous, le MRC, parti rĂ©publicain, dĂ©mocratique, moderne, et qui a fait le pari de l’avenir, est convaincu que le Cameroun retrouvera sa place dans le concert des grandes nations. Avec vous, le MRC veut faire du Cameroun le «MIRACLE AFRICAIN». Il ne tient qu’Ă  nous et Ă  vous d’en dĂ©cider. Ensemble tournons la page pour engager la Renaissance de notre cher et beau pays.

Joyeuse fĂŞte de la jeunesse!
Vive la jeunesse camerounaise!
Vive l’ArmĂ©e nationale, rempart de l’intĂ©gritĂ© territoriale du pays et de la souverainetĂ© nationale!
Vive le Cameroun!

Maurice Kamto, prĂ©sident national du MRC, parti d’opposition.

Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Ă€ LA UNE
Retour en haut