International › APA

Mission au Mozambique : la Sadc étend son domaine d’intervention

La Communauté de développement de l’Afrique australe (Sadc, sigle anglais), au-delà de l’aspect militaire, va désormais mener dans ce pays des opérations civiles, policières et correctionnelles.Depuis 2017, le Nord-Est du Mozambique est en proie aux attaques des jihadistes d’Al-Shabab, un groupe affilié à l’État islamique. Pour aider le pays à faire face aux extrémistes, la Communauté de développement de l’Afrique australe (Sadc) y a déployé une force d’intervention dénommée Samim en juillet 2021.

Il s’agissait jusque-là de fournir au Mozambique un soutien militaire dans la lutte contre le terrorisme. Au regard de l’évolution de la situation sur le terrain, le bloc régional a décidé d’élargir son champ d’action avec aussi des opérations civiles, policières et correctionnelles.

La transition, a expliqué jeudi Xolani Mankayi, le chef de mission par intérim de la Samim, permettrait à la police, aux services correctionnels, aux composantes civiles et aux militaires de travailler conjointement pour rétablir la paix et la sécurité à Cabo Delgado, une province riche en hydrocarbures, où les Shebab sont plus actifs.

A en croire M. Mankayi, cet objectif ne peut être atteint sans la synchronisation des activités des différents corps. L’insurrection jihadiste a entraîné au Mozambique une grave crise humanitaire. Fin juillet 2022, le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (Ocha, sigle anglais) a indiqué qu’« au moins 1,5 million de personnes dans le Nord du Mozambique ont besoin d’une aide humanitaire et d’une protection vitale et indispensable en raison de l’impact continu du conflit armé, de la violence et de l’insécurité dans la province de Cabo Delgado ».


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé