Culture › Mode

Mode: Deux camerounaises retenues pour le Festival international de mode africaine

Joëlle MAGNE CHOUPA et Charlotte MBATSOGO vont défiler à Niamey en octobre prochain

Joëlle MAGNE CHOUPA et Charlotte MBATSOGO sont les deux camerounaises qui participeront au concours « l’Afrique à la mode » dans le cadre du Festival International de la Mode Africaine(FIMA). Retenues lors des présélections dudit concours, elles devront démontrer leurs talents face aux 08 autres candidats, lors de la prochaine édition du festival du 25 octobre au 1er novembre 2009 au Niger. Le concours « l’Afrique est à la mode » a pour finalité de promouvoir les jeunes stylistes et favoriser l’accès de ces talents au marché international de la mode. Organisé par Culturesfrance, cette édition du FIMA rend hommage à Ibrahim LOUTOU sous le thème de collection « La transition ».

Profils
Outre le fait que les deux jeunes stylistes soient camerounaises, elles sont âgées de 25 ans. Joëlle Magne CHOUPA étudie à l’Ecole Supérieure de Design et de Mode à Yaoundé. En 2008, elle remporte la 4eme édition du concours des jeunes stylistes  »Africollection » et participe à plusieurs évènements comme le Salon du Prêt-à-porter Abbia Fashion à Yaoundé ou encore le Festival National des Arts et la Culture du Cameroun à Maroua. Elle a également travaillé avec le premier lauréat de ce même concours Anggy Haïf.

Charlotte MBATSOGO quant à elle dessine puis réalise ses modèles entièrement à la main. Revendiquant un style très glamour chic avec une pointe de fantaisie dans les coupes, elle explique s’adapter aux époques et aux influences. Depuis 2ans, elle multiplie les participations aux principaux évènements du Cameroun.

Le FIMA
Pour revenir à ses origines, Le festival International de la Mode Africaine en abrégé FIMA est né en 1998, dans l’imagination du créateur de mode Alphadi dans le désert de Tiguidit au Niger. Ce festival de mode africaine a pour but de faire se rencontrer les cinq continents en terre africaine et favoriser la construction des passerelles pour permettre l’expression des talents en général et en particulier africains. D’où la devise du festival « paix, culture et développement ». C’est d’ailleurs pourquoi, le FIMA a progressivement contribué à rendre plus visible les valeurs des créateurs africains et pose la problématique de la nécessité de créer une industrie africaine à grande échelle. Car les créateurs ont longtemps joué un second rôle au plan International.

Le FIMA est également un rendez-vous touristique de choix grâce aux sites choisis à chaque édition pour abriter le festival. Et cette année pour sa septième édition, après les sites comme les falaises de Tiguidit, la rive du fleuve Niger et les plateaux Batéké en terre Gabonaise… c’est au site de Gourou Kirey d’abriter la nouvelle édition du festival. Au fil des éditions du festival, plusieurs concours ont été crées: les concours « TOP models », le concours de jeunes stylistes et le concours de rap hip -hop.

Fima 2009

Journalducameroun.com)/n

À LA UNE
Retour en haut