Sport › Football

Mondial 2010: Le Nigeria fait marche arrière face à la Fifa

La présidence nigériane renonce finalement à la suspension de l’équipe nationale pendant deux ans

La guerre froide entre le Nigeria et la fédération internationale de football association, Fifa observée ces derniers jours vient de connaître une issue. Après la débâcle de l’équipe nationale de la coupe du monde Afrique du sud 2010 au premier tour, le Président Jonathan Godluck avait suspendu l’équipe nationale pour deux ans, afin de permettre aux personnes compétentes de cogiter sur les moyens de redynamiser le football nigérian. Seulement, la Fifa était montée au créneau pour sommer le Nigeria de revenir sur cette suspension sous peine de sanction. Ce lundi, 05 juillet 2010, marquait la date butoir de la mise en application de cette menace axée notamment sur la possibilité de suspendre le Nigeria non seulement des aides financières, mais aussi, d’interdire tous les clubs et équipes nationales du pays de toutes les compétitions internationales. Une heure avant la mise en exécution de cette menace de la Fifa, la Présidence nigériane a fait marche arrière. Dans une correspondance adressée à la Fifa, celle-ci a indiqué qu’elle renonçait à retirer sa sélection des compétitions tout en reconnaissant la légitimité du comité exécutif élu de la fédération nigériane de football. A ce titre, la fédération «conserve tous ses droits statutaires», selon le communiqué rendu public.

Ingérence
La fédération nigériane a présenté ses excuses annonçant qu’une nouvelle sélection sera mise sur pied en prélude aux prochaines échéances sportives. C’est fort de ces garanties que la présidence a consentie à revenir sur la suspension des Supers Eagles, selon ledit communiqué. Une suspension qui aurait privé cette équipe par exemple, de la prochaine coupe d’Afrique des nations qui se dispute en 2012 en Guinée Equatoriale et au Gabon. Malgré ce revirement, nombreux sont les acteurs du football qui lèvent la voix pour rappeler que la Fifa n’a pas aussi le droit de s’ingérer dans les affaires d’un Etat. Elle qui a toujours réclamé à cor et à cri, la non ingérence de la politique dans la gestion de cette discipline. De même, comment comprendre que la Fifa reste muette lorsque les nations décident de limoger un entraîneur ou de ne pas affilier les équipes nationales des catégories autres que les seniors. Pourquoi ce n’est que lorsque la décision concerne la dissolution de l’équipe nationale que la Fifa monte aussitôt au créneau? Après la tempête, le calme est peut-être revenu, mais, c’est loin d’être terminé dans les coulisses du football.

Le président Jonathan Goodluck recule devant la Fifa
africapresse.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top