Sport › Football

Mondial 2014/Cameroun-Togo(2-1): Décryptage du jeu et des joueurs

Le technicien camerounais Jean Paul Akono n’en démord pas de son organisation en 4-3-3, assez flexible, qui offre des solutions intéressantes, mais pas toujours efficaces

Charles Hubert Itandje, 7/10 : Appelé à remplacer au pied levé Guy Roland Ndy Assembé qui s’est blessé jeudi dernier lors des entraînements, le portier Franco-Camerounais a réussi son baptême du feu avec les Lions. En repoussant l’occasion la plus nette des togolais à la 23ème, il a permis à ses coéquipiers de rester dans le match. S’il a été lent à relance, il est néanmoins à créditer d’un bon match.

Benoit Angbwa, 5/10 : Défensivement, le latéral droit camerounais a été costaud dans ses interventions. En revanche, en assimilant mal la notion de hors-jeu, il a plusieurs fois mis sa défense en danger, notamment sur l’action qui a conduit au but togolais. Offensivement, le danger est rarement venu de lui. Sa relation avec Moukandjo qui sollicitait parfois les dédoublements a été inexistante.

Jean Armel Kana Biyick, 7/10 : Une seule erreur individuelle à signaler pour le défenseur de Rennes, quand il a laissé filer l’attaquant togolais à la 23ème minute. Heureusement, il s’est montré plus attentif par la suite dans les duels et plus déterminant dans ses jaillissements. Sur l’unique but togolais, si la responsabilité d’Angbwa est flagrante, il aurait pu être aidé par sa charnière centrale.

Nicolas Nkoulou Ndoubena, 7/10 : A l’image de son compère en charnière centrale, le défenseur central de Marseille a laissé peu d’espace aux Togolais, excepté lors de l’action de la 23ème minute. Dans le jeu aérien, sur les phases statiques, mais aussi dans la relance, il a apporté la sécurité, la tranquillité et la qualité technique nécessaire dans le jeu des Lions.

Benoit Assou-Ekotto, 6,5/10 : Dans l’engagement et l’envie, le latéral gauche de Tottenham a été irréprochable. Mais, il lui a parfois manqué de concentration, notamment sur le but togolais. Si ses décalages et sa qualité de centres ont failli faire la différence plusieurs fois en premier mi-temps, il lui manque de justesse sur les balles arrêtées. Il a fléchi en deuxième mi-temps, à l’image de ses coéquipiers, et on l’a alors moins vu animer le couloir gauche. Où, il a souvent manqué de premier rideau défensif.

Joël Matip, 6,5/10 : Sa bonne lecture du jeu, conjugué à ses capacités d’anticipation ont permis au milieu de Schalke 04 de récupérer de nombreux ballons. Parfois nonchalant et imprécis, il n’a pas toujours pas su bien orienter le jeu des Camerounais. Trop prudent, il a choisi les passes latérales ou arrières, quand il fallait justement chercher la profondeur. A sa décharge, il a également pris très peu de risques offensifs.

Jean II Makoun, 7,5/10 : Entreprenant, le milieu de Rennes a touché de nombreux ballons. Par deux fois, il a eu les balles de but au bout de sa godasse. Une à chaque début de mi-temps. Mais ses tirs ont manqué de puissance. Pour le reste, il a joué son rôle de relayeur à merveille, trouvant très souvent ses coéquipiers dans des positions idéales, notamment Eto’o, sur le deuxième but camerounais.

Achille Emana, 4/10 : Une lecture du jeu indigne à ce niveau de la compétition. S’il s’est montré très dynamique à l’entame de la rencontre, loupant même l’occasion d’ouvrir le score, son jeu a très vite baissé en intensité. Conséquence, beaucoup de mauvais choix, un déchet technique considérable, un jeu long déplorable dans les situations de renversement de jeu. Pis, ses tirs sur balles arrêtées ont rarement pris la hauteur. Son remplacement était justifié.

Benjamin Moukandjo : 6/10 : Dans un rôle qui n’est toujours pas le sien, dans son club de Nancy, côté droit, il a tenté avec un relatif bonheur d’animer le jeu, de bouger, de permuter, de proposer des solutions. Sa pointe de vitesse a plusieurs fois mis en difficulté son vis-à-vis. Un peu émoussé en deuxième mi-temps, c’est très logiquement qu’il a cédé sa place à Fabrice Olinga.

Samuel Eto’o, 8,5/10 : En froid avec les dirigeants de sa fédération, il a refusé de saluer le président Iya Mohammed lors des cérémonies protocolaires. Pour le reste, la star camerounaise a offert à son public une prestation de haut vol. Positionné comme attaquant d’appui, il a beaucoup décroché pour fuir son ange gardien, Vincent Bosso. N’ayant plus ses jambes de 20 ans, il a fait moins de pressing. Néanmoins, il a pris ses responsabilités pour inscrire le premier but, sur penalty, puis a donné la victoire aux siens sur une frappe puissante bien enroulée. Lors de son remplacement, le public du stade lui a réservé des acclamations bien nourries.

Léonie Kwenkeu, 8/10 : L’avant-centre du Sparta de Prague, a fait un match plein. Ses prises de balle, son jeu de tête, sa présence physique, son travail dos au but, ses remises, sa générosité et son audace ont été récompensés, notamment sur le penalty qu’il a créé. S’il a permis de débloquer la partie, il a également constitué une menace permanente et un point d’appuis précieux.

Les remplaçants
Le très pointilleux public du stade Ahmadou Ahidjo a exigé l’entrée de Fabrice Olinga. Jean Paul Akono s’est exécuté. Même à court de compétition de haut niveau, le jeune joueur de Malaga a su provoquer et conserver le ballon. En revanche, entrée à la place d’Achille Emana, la qualité de passe médiocre de Stéphane Mbia a beaucoup nui au rendement collectif de son équipe. Alexandre Song qui a remplacé Eto’o à la 85ème minute, a passé très peu de temps au terrain pour être jugé.

Fiche technique du match Cameroun – Togo

Cameroun-Togo(2-1): Décryptage du jeu et des joueurs
journalducameroun.com/photo Sylvestre Kamga)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut