Sport › Football

Mondial féminin: Le Cameroun donne l’eau à l’Equateur

Les Lionnes indomptables ont fait une très belle entrée en Coupe du monde lundi au Canada en écrasant la sélection de l’Equateur par six buts à zéro (6-0). Trois buts pour Gaëlle Enganamouit

Petit événement à Vancouver où pour la première fois dans l’histoire de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, deux débutants s’affrontent. On pouvait s’attendre à un match équilibré entre le Cameroun et l’Equateur en ouverture du Groupe C de Canada 2015 lundi 08 juin, mais les Africaines ont finalement beaucoup mieux géré la pression. Gaëlle Enganamouit annonçait d’ailleurs avant le match: « Nous pouvons gagner la Coupe du Monde. »

Le temps de prendre ses marques sur la scène mondiale, et elle joint les actes à la parole. Une frappe renvoyée par la gardienne et poussée au fond par Madeleine Ngono Mani (34′, 1:0), une échappée dans l’axe et une conclusion sereine (36′, 2:0), une action qui aboutit à un penalty que transforme Christine Manie (44′, 3:0), et le premier match des Lionnes indomptables est déjà plié.

Le carton rouge de Ligia Moreira provoqué par – encore ! – Enganamouit ne fait qu’aggraver le cas équatorien, surtout que dans la foulée, la Tri encaisse un quatrième but signé devinez qui. (73′, 4:0). Une fois n’est pas coutume, Enganamouit n’est pas dans le coup pour le cinquième, un penalty de Gabrielle Onguene suite à une main de Katherine Ortiz (79′, 5:0), mais c’est bien elle qui a le dernier mot en en transformant un nouveau dans les arrêts de jeu (90’+4, 6:0).

« C’est un magnifique souvenir de mon premier match de Coupe du Monde, mais aussi un très beau cadeau d’anniversaire! », confie Gaëlle Enganamouit, auteur d’un triplé camerounais. Si techniquement, son anniversaire est le 9 juin, on lui pardonnera de l’avoir fêté avec un peu d’avance, vu qu’avec le décalage horaire entre le Cameroun et le Canada, son heure est déjà venue. La performance face à l’Equateur la place en tête du classement des buteuses avec les légendes allemandes Celia Sasic et Anja Mittag. « C’est certes un rêve d’être là, mais j’estime que je suis à ma place parmi les meilleures », assure la joueuse d’Eskilstuna United, sans arrogance, mais sans fausse modestie. « J’ai toujours dit qu’un jour je serai la Samuel Eto’o du football féminin », promet l’attaquante. « Nous allons rester concentrées et faire mieux les prochains matches », ajoute-t-elle.

Shirley Berruz, gardienne de l’Equateur, est battue par un penalty tiré par Christine Manie, le 08 juin, à la 44e minute, à Vancouver
Getty Images)/n

« Marquer six buts pour notre premier match en Coupe du Monde, on peut difficilement faire mieux. Nous sommes heureux car aujourd’hui, nous avons écrit une page d’histoire. Ça va être plus dur contre le Japon, qui est la meilleure équipe du monde. Nous étions très heureux de savoir que notre premier match se jouerait le 8 juin, date anniversaire de la victoire du Cameroun sur l’Argentine en match d’ouverture de la Coupe du Monde 1990. Nous avons battu l’Équateur le même jour. Nous sommes ici pour apprendre et pour faire honneur à l’Afrique », affirme le sélectionneur des Lionnes, Enow Ngachu.

Les Lionnes célèbrent le but marqué par Christine Manie face à l’Equateur, le 08 juin à Vancouver
Getty Images)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé