Sport › Football

Mondial Qatar 2022 : un coaching brouillon fait chuter le Cameroun face à la Côte d’Ivoire

Antonio Conceiçao, entraineur des Lions indomptables

Au terme d’un match complètement raté, notamment en première mi-temps, les Lions indomptables, inoffensifs, se sont fait battre (1-2) par des Eléphants plus entreprenants, sur une pelouse en piteux état.

Le coaching expérimental et surtout flou d’Antonio Conceicao a été très préjudiciable à son équipe. Le technicien portugais a choisi de laisser sur le banc Fai Collins et Olivier Mbaizo qui, sans être géniaux, ont fait le boulot contre le Malawi. Il a préféré Duplexe Tchamba à gauche et Dawa Tchakonte à droite, deux joueurs faibles au profil axial. Le Cameroun est désormais devancé dans son groupe par son adversaire du jour.

Le jeu et les notes des joueurs camerounais.

Devis Epassy (6/10) : pour sa troisième titularisation dans la cage des Lions indomptables, le gardien du club grec de l’OFI Crète a été plutôt solide, avec ses sorties très souvent rassurantes, notamment sur son duel remporté à la .87ème minute. Il a aussi dévié un tir vicieux sur sa barre. Il peut difficilement faire grand-chose sur les deux buts encaissés.

Duplexe Tchamba (2,5/10) : il a complètement déçu. Pour un joueur de niveau médiocre, sa convocation en sélection nationale a toujours surpris plus d’un observateur. Il y a trois ans, il n’était qu’un joueur de Ligue régionale du Centre (Tad Sport Academie). Après deux ans à Strasbourg, il n’a jamais pu jouer en équipe première. Prêté dans le modeste club norvégien de Stromsgodset IF, il a démontré face aux virevoltants attaquants ivoiriens qu’il était encore loin du niveau international.

Harold Moukoudi (5/10) : le défenseur central de Saint-Etienne a eu des difficultés à maîtriser Sébastien Heller, qui a été intelligent dans ses déplacements pour l’éviter. Son association avec Ngandeu Ngadjui a souffert de la rapidité des attaquants ivoiriens. Un peu fébrile avec quelques soucis sur ses relances en première mi-temps, il a repris ses esprits pour se montrer rassurant dans sa zone, lors du deuxième acte.

Michael Ngadeu Ngadjui (4/10) : à cause de sa lourdeur, la Côte d’Ivoire a fait beaucoup de mal au Cameroun avec ses ballons dans le dos de cette défense. Le capitaine des Lions en deuxième mi-temps après la sortie de Vincent Aboubakar a souffert tout au long du match. Il a été souvent débordé par Sébastien Haller, qui l’a berné sur ses déplacements. Malgré tout, il n’a rien lâché.

Dawa Tchakonté (2,5/10) : lui aussi a déçu. Mais pouvait-il faire mieux, lui qui sort d’une saison 2020/2021 vierge avec son club de Valmiera, dans le très modeste championnat letton, donc le niveau, sur le strict plan sportif, est loin du championnat d’Elite One du Cameroun. N’ayant jamais joué des matchs à haute intensité avec son nouveau club de FC Botosani, en Roumanie, le joueur formé à Monaco a énormément souffert de la vélocité des ivoiriens. A cause de ses multiples fautes, Il a écopé d’un carton.  En somme, comme son pendant à gauche, Duplexe Tchamba, il est très loin d’avoir le niveau international.

Martin Hongla (6/10) : une prestation de qualité pour le milieu de Hellas Verone. Par son dynamisme,  il a mis de l’impact mais on l’a trop peu vu sur les phases offensives. Mais a été assez nerveux dans l’ensemble, peut être due aux multiples fautes commises sur lui. Dans l’ensemble, l’ancien de la Masia, grâce à son activité, a rendu une copie intéressante.

Pierre Kunde Malong (4/10) : le milieu de terrain camerounais, qui aurait dû impulser le jeu des Lions, a été totalement dominé par les Ivoiriens avec un Kunde Malong qui s’est montré imprécis dans ses passes. Le milieu de l’Olympiakos a beaucoup couru pour colmater les brèches causées par ses latéraux, très fébriles. Il est sorti à la mi-temps, remplacé par Karl Toko Ekambi.

Zambo Anguissa (3,5/10) : le néo-napolitain a raté son match. Non seulement, son poids dans l’entrejeu en termes d’animation offensive a été quasiment nul, il a également perdu quelques ballons. Positionné derrière les attaquants, en première mi-temps, il n’a jamais su ou pu se projeter vers l’avant. Il y a eu un léger mieux, lors du deuxième acte, mais sans véritablement apporter le danger dans le camp adverse.

Moumi Ngamaleu (4/10) : l’ailier de Yong Boys de Berne a été peu dangereux en dehors de son contre pied parfait sur penalty. Il a globalement donné l’impression de vouloir jouer dans son coin, oubliant à de nombreuses reprises de servir ses coéquipiers. Néanmoins avec une équipe camerounaise dominée, il a beaucoup couru pour couvrir son couloir. Remplacé à l’heure de jeu John Mary Honi (non noté) qui n‘a pas montré grand-chose.

Christian Bassogog (3,5/10) : quelques raids tranchants en début de match, puis plus grand-chose pour le meilleur joueur de la Can victorieuse en 2017. Bien contenu par les latéraux Ivoiriens, il a eu du mal à se mettre en évidence malgré une belle frappe contrée par la charnière centrale ivoirienne en début de partie. Amené à secourir sa défense, il va commettre la faute qui va conduire au coup-franc, puis au penalty de l’ouverture du score. Il sera remplacé à la 76e minute par James Léa Siliki

Vincent Aboubakar (3,5/10) : Esseulé sur le front de l’attaque, il n’a jamais réussi à se mettre dans le sens du jeu pour tenter de mettre en difficulté les colosses de la défense ivoirienne. Avec des milieux qui produisaient peu de jeu, l’avant-centre du club saoudien Al Nassr Riyad a passé une soirée à oublier, lui qui a perdu en mobilité ces dernières années. Le capitaine camerounais, qui a écopé d’un carton jaune, a été remplacé pendant la pause par Stéphane Bahoken

Karl Toko Ekambi (4,5/10) : une belle activité dans son couloir pour l’ailier de Lyon qui a néanmoins eu tendance à foncer la tête basse. Il a globalement réussi son entrée, en occasionnant le penalty qui a conduit à la réduction du score.  Il a malgré tout été brouillon dans ses transmissions.

Stéphane Bahoken (4/10) : décevant. Pourtant actif dès son entrée lors du deuxième acte, l’attaquant d’Angers s’est peu à peu éteint, perdant notamment presque tous ses duels aériens, son point fort. Il s’est montré actif en multipliant les appels dans le dos de la défense, mais les ballons n’arrivaient jamais. On ne comprend jamais pourquoi Conceicao a estimé que Choupo-Moting ne pouvait pas bien s’exprimer sur cette pelouse. Or, l’attaquant du Bayern était le joueur le plus redouté par les Ivoiriens.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé