› Personnalités

Décès de Kadji Defosso : retour sur le parcours d’un homme d’affaires exceptionnel

Opérateur économique de renom, homme politique, patriarche… Joseph Kadji Defosso décédé ce jour à l’âge de 95 ans, aura marqué le Cameroun par ses réalisations.

Plus qu’un nom, c’est une véritable légende de l’univers économique camerounais qui s’en est allé ce jour au Bedford Gardens Hospital de Johannesburg en Afrique du Sud. Joseph Kadji Defosso, l’une des dix fortunes du Cameroun en 2018 selon le magazine panafricain Jeune Afrique est, en effet, décédé ce jour de suite de longues maladies ; laissant derrière lui, un héritage considérable dont s’en souviendront de nombreux camerounais.

C’est vers 1923 que le patriarche Bana voit le jour dans la région de l’ouest du Cameroun. Très vite, il s’intéresse aux activités commerciales, et se lance dans la commercialisation du Tabac. L’activité lui sourit, il diversifie son offre à d’autres produits d’exportations tel que le café. Kadji Defosso s’installe à Douala, et acquiert plusieurs lotissements dans des quartiers stratégiques (Akwa, Bali, Bonanjo, Bonapriso). En 1962, il se lance dans l’immobilier en créant Chimède immobilier. Profitant du contexte économique favorable de l’après indépendance, il développe des infrastructures immobilières, dont certaines sont toujours visible dans le paysage urbain de Douala (immeuble Cauris, Hibiscus, baobab et plus récemment le Kadji Square).

En 1972, Kadji Defosso se lance dans une nouvelle activité, la brasserie. Il crée l’Union des brasseries du Cameroun (UCB), qui vient concurrencer les SABC du français Pierre Castel. La réussite est fulgurante. UCB lance une bière en son nom, la Kadji Beer, ce qui contribue à inscrire son nom dans la conscience collective du Cameroun. Les affaires tournent, mais le notable Fu’a Toula Kadji Defosso ne s’arrête pas là.

Au-delà du secteur brassicole, il se lance dans la production des matières plastiques avec son entreprise Polyplast; dans la minoterie avec la société des céréales du Cameroun (SCC); dans le transport maritime avec Soprotrans SA et SCTL (société Camerounaise de transport et logistique); dans le sport avec la Kadji Sport Academy (KSA); dans les loisirs avec le KSA Leisure center, et dans les assurances avec l’Assurance Générale du Cameroun (AGC).

En 2002, Kadji Defosso est élu maire RDPC de Bana lors du double scrutin législatif et municipal de la même année. Il sera réélu en 2007, puis en 2013. Son mandat censé s’achever au cours de cette année, a été prolongé d’un an par le président de la République après l’adoption d’une loi y relative par le parlement. Comme maire, il a entre autres à son actif, la construction sur fonds propres d’un hôtel de ville d’une valeur de 800 millions de francs CFA.

Avant sa mort, Kadji Defosso s’était départi de plusieurs de ses responsabilités à la tête de son empire. En 2010, il a pris la décision de confier la gestion opérationnelle d’UCB à sa fille Nicole Kadji et son fils Gilbert a pris la direction de la SCC. Kadji Defosso était chevalier de l’ordre et de la valeur.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut