International › AFP

Moscou et Damas condamnent la frappe de la coalition contre l’armĂ©e syrienne

La Syrie et son alliĂ© russe ont vivement condamnĂ© vendredi la frappe la veille de la coalition conduite par les États-Unis qui a visĂ© selon eux l’armĂ©e syrienne, Damas assurant qu’il ne se laisserait pas « intimidĂ©e ».

« La soi-disant coalition a attaquĂ© hier Ă  16H30 (13H30 GMT) une position de l’armĂ©e arabe syrienne sur la route d’Al-Tanaf (dans le sud-est), tuant plusieurs martyrs et causant des dĂ©gâts matĂ©riels », a indiquĂ© une source militaire citĂ©e par l’agence officielle Sana, sans prĂ©ciser la nationalitĂ© des victimes.

Un porte-parole militaire de la coalition antijihadiste, le colonel Ryan Dillon, avait Ă©voquĂ© jeudi un convoi de « forces pro-rĂ©gime », et le secrĂ©taire amĂ©ricain Ă  la DĂ©fense, Jim Mattis, a dĂ©clarĂ© vendredi que ces forces pro-rĂ©gime Ă©taient sans doute « dirigĂ©es par l’Iran ».

Il s’agissait d’un geste « d’auto-dĂ©fense », a justifiĂ© le responsable amĂ©ricain.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), huit personnes, « pour la plupart non-syriennes », ont Ă©tĂ© tuĂ©es dans cette frappe.

Selon le commandement des forces américaines au Moyen-Orient (Centcom), la frappe a détruit un tank, un bulldozer, un tracteur et un excavateur.

– ‘Accomplir son devoir’ –

Pour sa part, la source militaire syrienne a soulignĂ© que « l’armĂ©e continuera Ă  accomplir son devoir dans sa lutte contre Daech (acronyme arabe du groupe jihadiste Etat islamique) et la dĂ©fense de tout son territoire et ne se laissera pas intimider par les tentatives de la soi-disant coalition de l’empĂŞcher de mener son devoir sacré ».

« Aucune partie n’a le droit de dĂ©terminer le cours de ses opĂ©rations contre ces groupes terroristes », a-t-elle ajoutĂ©.

La coalition internationale conduite par les Etats-Unis a Ă©tĂ© mise en place en 2014 pour lutter contre les groupes jihadistes en Syrie et en Irak, oĂą l’EI Ă©tait aussi bien implantĂ©.

Et alors que « califat » autoproclamĂ© par l’EI Ă  cheval sur l’Irak et la Syrie se rĂ©duit Ă  peau de chagrin, les protagonistes du conflit essaient de s’emparer de sa dĂ©pouille.

Dans ce cadre, le poste frontière d’al-Tanaf, dans le sud-est du pays, est très important pour tous les belligĂ©rants. La coalition internationale s’y trouve actuellement avec des rebelles formĂ©s principalement en Jordanie et qui lui sont affidĂ©s.


Il s’agit pour ces rebelles de tenter de remonter vers le point-frontière de Boukamal, tenu par l’EI.

Dans un communiquĂ©, le Centcom prĂ©cise que « la coalition opère dans la rĂ©gion d’al-Tanaf depuis des mois oĂą elle entraĂ®ne et conseille des forces engagĂ©es dans le combat contre l’EI ».

Pour le rĂ©gime, le secteur d’Al-Tanaf est important car son objectif est de contrĂ´ler l’autoroute Damas-Bagdad et ainsi faire Ă  la fois la liaison avec les forces alliĂ©es se trouvant en Irak, et d’empĂŞcher les rebelles pro-occidentaux de remonter par le sud vers la province de Damas.

Depuis l’accord d’Astana signĂ© par la Russie, l’Iran (deux alliĂ©s de Damas) et la Turquie (soutien des rebelles), qui crĂ©e des « zones de dĂ©sescalade » dans l’ouest et le centre du pays, l’armĂ©e fait cap vers les zones dĂ©sertiques de l’est du pays.

L’objectif est de s’emparer de la rĂ©gion pĂ©trolière de Deir Ezzor, oĂą une garnison et l’aĂ©roport militaire sont assiĂ©gĂ©s par l’EI, et aussi de contenir les forces soutenues par les États-Unis, qu’il s’agisse des Forces dĂ©mocratiques syriennes (FDS, alliance arabo-kurde) qui tentent de s’emparer de Raqa, fief de l’EI, ou des rebelles stationnĂ©s Ă  Al-Tanaf.

– ‘IllĂ©gitime’ –

La Russie a Ă©galement condamnĂ© vendredi ce bombardement qu’elle a qualifiĂ© par la voix de son chef de la diplomatie d' »illĂ©gitime ».

« Quelle que soit la raison ayant motivĂ© la dĂ©cision du commandement des Etats-Unis d’effectuer un tel bombardement, il est illĂ©gitime, illĂ©gal et il s’agit d’une nouvelle grave violation de la souverainetĂ© de la Syrie », a dĂ©clarĂ© Sergei Lavrov, citĂ© par l’agence de presse Interfax.

Ce bombardement risque d’avoir un impact nĂ©gatif sur les « efforts de ceux qui luttent rĂ©ellement +sur le sol+ et dans les airs contre les terroristes de l’EI et de l’ancien Front al-Nosra », a-t-il affirmĂ©.

Il a ajoutĂ© qu’Ă  sa connaissance, la Russie n’avait pas Ă©tĂ© prĂ©venue des frappes de la coalition.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut