Politique › Institutionnel

Municipales partielles : Pas de nouvelles cartes d’électeurs

Les pièces d’identité seront utilisées par les électeurs ayant perdu ce document.

Au total, ce sont six (6) formations politiques qui prendront part le 26 octobre prochain aux élections municipales partielles consécutives à la confirmation de l’annulation de l’élection du 22 juillet 2007 par l’Assemblée plénière de la Cour suprême le 28 août dernier. Ce sont le Rdpc, l’Undp, l’Upc, le Sdf, l’Andp et l’Udc, avec le parti au pouvoir qui revient dans les six communes en jeu. Avec la petite circonscription communale de Pette, remportée l’année dernière par l’Andp, qui apparaît comme la plus disputée avec quatre partis engagés.
Ce sont donc ces formations que Marafa Hamidou Yaya, le ministre d’Etat en charge de l’Administration territoriale et de la décentralisation (Minatd) a convoqué en début de semaine pour procéder, le cas échéant, au remplacement des candidats décédés ou devenus inéligibles depuis la publication des listes électorales le 1er mai 2007.

Une prescription du Minatd qui obéit aux dispositions de l’article 25 de la loi n°92/002 du 14 août 1992 fixant les conditions d’élection des conseillers municipaux, modifiée et complétée qui indique notamment  » Si un candidat figurant sur une liste vient à mourir ou est déclaré inéligible, il peut être remplacé par un autre, dans les formes prévues pour la déclaration des candidats, au plus tard vingt (20) jours avant le scrutin « . Ce qui explique que le communiqué de Marafa Hamidou Yaya donne jusqu’au 6 octobre prochain aux responsables de ces formations politique pour remplir cette formalité.
Une sortie du Minatd qui intervient alors que la préparation matérielle du scrutin se poursuit, non sans quelques problèmes sur le terrain, avec notamment des plaintes liées aux cartes électorales.

Françoise Foning
A ce sujet et concernant notamment ceux des électeurs qui les auraient perdu après le double scrutin législatif et municipal du 22 juillet 2007, des sources au ministère de l’Administration territoriale indiquent qu’  » il ne s’agit pas d’une nouvelle élection  » et que conformément à la loi,  » les cartes électorales peuvent servir lors de plusieurs scrutins consécutifs, sauf renouvellement « , comme il est précisé à l’alinéa 3 de l’article 65 de la loi n°91/20 du 16 décembre 1991 fixant les conditions d’élection des députés modifiée et complétée et dont les dispositions s’appliquent mutadis mutandis à l’élection des conseillers municipaux.  » Autant il n’est pas question de nouvelles inscriptions sur les listes électorales, autant il n’y aura pas de nouvelles distributions de cartes électorales « , précise-t-on au Minatd, où l’on fait savoir que  » les personnes se trouvant sans cartes électorales mais dont les noms se trouvent sur les listes électorales pourront prendre part au vote avec des cartes d’identité. ».

Au niveau des partis politiques concernés par cette élection, on note une certaine mobilisation. Le Social democratic front (Sdf) a réuni son conseil exécutif à Bamenda le week end dernier. Le parti de John Fru Ndi est engagé sur trois fronts, avec des challenges importants notamment à Bafang où se joue l’avenir politique de son premier vice président Pierre Kwemo, tête de liste de ce parti dans la localité, et surtout à Douala 5 où le Sdf aura à c ur de renouveler sa bonne percée des législatives partielles du 30 septembre 2007, où il était parvenu à arracher deux sièges au Rdpc. Il s’agit cette fois de mettre en péril les intérêts de l’une des grosses pointures du parti au pouvoir dans la capitale économique, à savoir Françoise Foning. L’Undp, par la voix de Maïgari Bello a récemment annoncé préparer sa participation aux élections dans les communes de Mogode et Pette. Rien pour l’instant ne filtre de la préparation du Rdpc qui sera en lice dans les 6 circonscriptions concernées. Des élections qui ne changeront fondamentalement rien à la prédominance du parti au pouvoir au niveau des communes.

Les partis politiques concernés par les municipales partielles du 26 octobre 2008
Matomb
Rdpc
Upc

Mogode
Rdpc
Undp
Pette
Rdpc
Undp
Udc
Andp

Douala 5
Rdpc
Sdf
Upc
Bafang
Rdpc
Sdf

Bana
Rdpc
Sdf


À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut