Culture › Musique

Musique: La ville de Yaoundé bercée par l’âme ougandaise.

C’était à l’occasion du passage dans la capitale camerounaise de Maurice Kirya, le jeune vainqueur du prix RFI 2010

Deux heures de balades très appréciées
La salle n’était pas comme à son habitude pleine, un tort finalement pour ceux qui n’étaient pas présents ce 12 février au CCF de Yaoundé. Créateur du style de musique qu’il vient lui-même de lancer « le Mwooyo », Maurice Kirya, l’artiste Ougandais Prix RFI 2010 a tout simplement impressionné le public de Yaoundé. Public qui a découvert la nouvelle voix de la chanson africaine et surtout ce nouveau style de musique. Pendant deux heures de show, l’artiste aura entraîné le public sur des mélodies originales et envoûtantes telles que« I Will sing – Boda Boda – Woman – The man – Warrior – Wooye-Malïka – Msubbanwa. Tous ces titres sont issus du premier album de Maurice Kirya intitulé « Msubbanwa » sorti en 2009. Maurice chante en anglais et Lubango, une langue ougandaise. La prestation de ce jeune chanteur Ougandais de 25 ans auteur, compositeur et interprète s’inscrivait dans le cadre de la tournée africaine qu’il effectue comme l’on fait avant lui, tout les lauréats du Prix découverte RFI tel que Tiken Jah Fakoly, Rokia Traoré ou encore Didier Awadi. Ayant débuté sa carrière dans le Hip-hop et la soul il a aujourd’hui trouvé sa voix avec ce style (Mwooyo) dont il est le créateur. « Il est tout simplement magnifique » a affirmé avec enchantement Corry Denguemo, leader du groupe Macase, qui a avoué n’avoir jamais rien écouté de si profond, de la part d’un jeune chanteur africain.

Le jeune Maurice Kirya n’est plus un novice en musique. Ayant multiplié les collaborations avec de nombreux musiciens de tous horizons, il a acquis en même temps que l’expérience, une grande ouverture d’esprit, qui lui a permis en 2009, de sortir un premier album « Misubbaawa ». Né en 1984 dans une famille de musiciens, sa maman le met très vite dans la mélodie en lui chantant et en lui faisant reprendre des gospels. Il apprend d’abord la guitare puis s’intéresse au piano. Ses premières armes il les fera avec les groupes Thug Squad et Bataka Underground dans lequel officie Krazy Native, l’un de ses frères. Puis il travaillera avec les artistes Benon et Vamposs, ce dernier étant un autre de ses frères. A la recherche d’un style qui lui serait propre, Maurice Kirya décide de se consacrer à une carrière solo, plus en adéquation avec ses aspirations personnelles. Inspiré par les artistes américains comme India Arie, Common, John Legend mais aussi l’Haïtien Wyclef Jean ou les Africains Didier Awadi et Youssou N’Dour et même par son célèbre compatriote Philly Lutaaya, le jeune Maurice Kirya cherche d’abord sa voie, entre afro-soul, hip hop, r’n’b et rythmes ougandais. Finalement, il nomme lui-même « Mwooyo » une fusion personnelle de tous ces styles. Parmi ses nombreuses activités, Maurice Kirya est à l’initiative depuis 2008 d’un show mensuel intitulé « The Maurice Kirya Experience » qui outre ses propres sets, propose de présenter d’autres artistes de la scène ougandaise. Les shows ont lieu au club Rouge à Kampala. Par ailleurs, il apporte son soutien à diverses organisations qui s’occupent de problèmes de santé, notamment de la lutte contre le sida. Son implication dans la vie ougandaise montre sans conteste son intérêt à promouvoir son pays, sa culture. En mars 2010, il participe au Southwest music festival à Austin au Texas, une ouverture supplémentaire pour une carrière internationale en devenir. Il a quitté le cameroun dimanche dernier, pour un voyage qui le conduira au bénin, au Ghana, au Burkina Faso, au Niger, au Nigeria, au Mali, au Sénégal, au Rwanda, en RDC, au Botswana, en Swaziland au Malawi, et on l’espère encore plus loin.

Maurice Kirya au CCF de Yaoundé le 12 février 2011
Journalducameroun.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé