Culture › Musique

Musique : Richard Bona a ouvert sa tournée mondiale par un concert à Paris

Le bassiste Richard Bona sur scène. ©Droits réservés

C’est la première Ă©tape d’une aventure qui le mènera dans 13 villes rĂ©parties sur 4 continents.

Richard Bona a donnĂ© le coup d’envoi du « Heritage tour 2017 » ce 2 septembre Ă  Paris. Il s’agit de la tournĂ©e mondiale du bassiste, la première depuis la sortie de son dernier album « Heritage », dĂ©voilĂ©e le 24 juin 2016. Aux cĂ´tĂ©s de sa troupe le Mandekan Cubano, Richard Bona a donnĂ© une prestation mĂ©morable au public prĂ©sent au festival « Jazz Ă  la villette », qui se dĂ©roule du 31 aoĂ»t au 12 septembre 2017.

Le Camerounais a ainsi fait découvrir les sonorités de cet album qui rend hommage à la musique cubaine. « En enregistrant un album de musique cubaine, j’ai réalisé un vieux rêve. En Afrique, on était inondé de cette musique à la radio. Je me disais: ces gens-là jouent le même rythme que nous, mais ne chantent pas la même langue », a-t-il confié à nos confrères du magazine Challenges, quelques minutes avant le concert.

Richard Bona a aussi profitĂ© de ce passage dans la capitale française pour faire des annonces sur le futur de sa carrière. Richard Bona envisagerait, en effet, de revenir s’installer en France, 22 ans après avoir Ă©tĂ© rapatriĂ©, pour dĂ©faut de titre de sĂ©jour. L’artiste a d’ailleurs annoncĂ© qu’il allait y ouvrir un club de musique, « le Nubia ». Il sera situĂ© sur l’Ile Seguin, Ă  Boulogne, au cĹ“ur de Paris. Ce sera le 2e club du genre après celui de Manhattan, « Bonfide ». « Ce sera de la musique live, de tous les styles. En mars, on devrait ĂŞtre prĂŞt », a-t-il rĂ©vĂ©lĂ©.


Richard Bona se considère toujours comme persona non grata au Cameroun, sa terre natale. Lors des obsèques de sa mère en juillet dernier, le chanteur a publiĂ© un message sur Facebook dans lequel il accusait certains membres du rĂ©gime Biya de l’avoir empĂŞchĂ© d’assister Ă  l’enterrement de sa gĂ©nitrice. Il avait Ă©galement ajoutĂ© qu’il ne reviendrait plus au Cameroun « tant qu’on exige un visa Ă  l’un et pas Ă  l’autre », en rĂ©fĂ©rence aux personnalitĂ©s camerounaises ayant la double nationalitĂ©. « Je n’ai de leçons Ă  recevoir de personne. Et oubliez-moi… » avait-il conclue Ă  la fin de son propos.

le « Heritage Tour 2017 » sera entre autres villes Ă  New-York le 3 septembre et Ă  Milan le 18 octobre, avant de faire escale sur le continent africain, Ă  Accra, les 3 et 4 novembre prochains.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

Ă€ LA UNE
Retour en haut