Culture › Musique

Musique: Un ivoirien réclame la paternité de la chanson Waka Waka de Shakira

Après les camerounais de Zangalewa, Kéké Kassiry dit être le l’auteur de ce titre, réadapté par Shakira pour la coupe du monde

Si vous n’êtes pas très au fait des années 80, ce nom ne risque pas de vous dire grand chose. Kéké Kassiry. Un chanteur et guitariste ivoirien qui à cette époque là avait pignon sur rue dans son pays et en Afrique. A son actif, quatre albums, dont le premier est sorti en 1983. Trois ans plus tard, il sort Abidjan, son deuxième album. C’est de ce dernier que serait issue la version originale de ce qui récemment faisait office d’hymne de la coupe du monde Afrique du Sud 2010. La chanson de Shakira est une reprise de titre « Zomina » que j’ai enregistré à Paris à la fin de l’année 1986 quand je sortais mon album Abidjan, déclare t-il dans le magazine Mousso d’Afrique N° 567. On m’a dit que la version de Shakira est camerounaise. Mais je crois que j’ai été le premier à avoir mis ce titre sur un vinyle. Moi, je dis que ce titre vient de Kassiry insiste le chanteur, qui dit par ailleurs être entré en relation avec le groupe camerounais pour s’enquérir de cette affaire. Ils nous ont fait savoir qu’ils ont composé ce titre en fin d’année 1986, rapporte-t-il. Le groupe camerounais Zangalewa jusqu’ici reconnu comme les ayant droits d’une partie des retombées de cet hymne de la coupe du monde 2010, avait en effet convié la presse internationale à une conférence peu avant l’ouverture du mondial, pour rassurer l’opinion sur le fait qu’il ne s’agissait pas d’une reprise de Shakira, mais bien d’une réadaptation, et que le groupe n’avait pas été lésé dans les négociations.

Qu’importe, Kéké Kassiry dit avoir déjà entamé les démarches et adressé un courrier à la Sacem. Car toutes mes compositions dans la collaboration avec ma maison de production (Paco Rabane), y ont été déclarées. On m’a assuré que si les preuves sont établies par rapport à ce titre, il n’y a pas de raison que je ne touche pas mes droits. Le dossier suit son cours. En effet après la fermeture de sa maison de production en France en 1989 pour raison fiscale, le chanteur ivoirien a connu une longue période d’absence, due notamment à sa santé. Dix ans plus tard, il tente un retour sur scène avec un double album, mal accueilli et qui le plongera dans l’oubli. Du moins jusqu’à ce qu’apparaisse l’épisode Waka Waka, un scénario presque identique à celui du groupe Goldens sounds, devenu Zangalewa suite au succès qu’a connu leur titre du même nom. Shakira a réveillé les Zangalewa, se réjouissait Ze Bella, l’un des membres du groupe, nous lui disons merci.

Peut être c’est la même renaissance que connaîtra Kéké Kassiry, mais pour que tel soit le cas, il devra produire les preuves. En attendant la suite de l’affaire, le groupe camerounais a déjà annoncé son retour sur la scène. Comme quoi tout vient à point nommé pour qui sait attendre.

Kéké Kassiry, musicien ivoirien
africahit.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé