Société › Société

Mutinerie dans les prisons: 45 blessés à Buea et 244 détenus de Kondengui interpellés

René Emmanuel Sadi, le MINCOM. (c). Droits réservés

Le ministre de la Communication (Mincom), René Emmanuel Sadi a fait le point au cours d’une conférence de presse donnée le 02 août, sur les évènements du 22 et 23 juillet derniers dans ces pénitenciers.

Pour le gouvernement, le calme est revenu dans les prisons de Kondengui et Buea (Sud-Ouest) qui ont été le théâtre d’une mutinerie les 22 et 23 juillet 2019.

René Emmanuel Sadi, ministre de la Communication (Mincom) a fait le point près de deux semaines après les évènements survenus en milieu carcéral. Ainsi, lors de la conférence de presse, on a appris que les dégâts matériels à la prison centrale de Kondengui se chiffrent à plusieurs dizaines de millions Fcfa. En outre, «les détenus identifiés comme les meneurs de cette insurrection, à savoir : 177 le jour des faits et 67 par la suite, pour un total de 244 insurgés interpellés, et placés sous exploitation auprès des services de la police et de la gendarmerie, ont déjà tous été entendus, et les diverses enquêtes pratiquement bouclées. En ce moment, les dernières vérifications des formalités procédurales sont en cours d’achèvement.»

Si à Kondengui, deux blessés ont été enregistrés, à la prison de Buea, les dégâts étaient plus importants soit «deux éléments des forces de sécurité et 43 détenus parmi les insurgés, dont une vingtaine ont été immédiatement pris en charge à l’infirmerie de la prison, et un autre détenu conduit dans un centre hospitalier de la ville de Buea, eu égard à son état», précise le Mincom qui ajoute par la suite qu’ «au jour d’aujourd’hui, la situation de tous ces blessés s’est suffisamment améliorée, tandis que les procédures d’usage initiées à l’encontre des 20 insurgés identifiés comme les meneurs sont elles aussi bouclées.»

Après le soulèvement des prisonniers, une fouille a été menée dans les cellules de Kondengui. Recherches qui ont permises de saisir d’importantes sommes d’argent, de nombreux appareils de communication et électroniques, des armes blanches, tels des poignards, des couteaux, des scies à métaux, des tournevis, des poinçons, des lames de rasoir, des pointes, une importante quantité de chanvre indien et de cigarettes, ainsi que des grenades lacrymogènes.

A lire aussi: Mutinerie à Kondengui: Laurent Esso prescrit des mesures pour réduire les lenteurs judiciaires

Des mesures sont prises selon René Emmanuel Sadi, pour réduire les lenteurs judiciaires. Il sera question d’«accélérer les procédures judiciaires en cours, de veiller de façon rigoureuse au renforcement de la discipline dans tous les établissements pénitentiaires du pays, de renforcer et de moderniser les moyens de contrôle et de suivi des prisonniers, de procéder à un désengorgement des différents établissements pénitentiaires dont la surpopulation est avérée».

En rappel, le 22 juillet, des détenus dans le cadre de la crise anglophone, toujours en attente de jugement, ont entamé une manifestation au sein de la prison centrale de Kondengui. Ils ont été rejoints dans leur mouvement par d’autres prisonniers. Des violences et saccages ont suivi, des tirs de sommation vont d’ailleurs se faire entendre dans ce pénitencier. Les détenus de la prison de Buea, dans un élan de solidarité vont rejoindre les revendications de leurs compères de Kondengui.

Zapping Actu International
Vos paris sportifs can 2019
1xbet
À LA UNE
SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé