› Eco et Business

Nadine Robert-Zéhé: «Les relations locaux /développement durable impliquent la notion de gouvernance»

Elle est experte des questions de Responsabilité Sociétal des Entreprises

Vous allez prendre part aux universités des médias, du marketing et de la communication, qui se tiendront les 26 et 27 Août prochain, quel sera l’objectif de votre conférence?
Il sera question de permettre aux participants d’acquérir des éléments pour convaincre lorsqu’il s’agit de parler de développement durable en politique. Ma conférence donnera également l’occasion aux participants d’acquérir quelques outils pour faire ressortir le développement durable dans un projet de société pour ne pas dire dans un programme politique. Je m’adresserai également aux journalistes et toutes les personnes qui ne sont pas des acteurs directs de la politique et de la vie publique, afin qu’ils ressortent des travaux en ayant compris globalement ce qu’on entend par développement durable et à quel point ce concept influence la politique et la vie de tous.

Vous qui pratiquez en Europe et en Afrique de l’ouest, avez-vous l’impression que le concept de développement durable est bien compris et implémenté par nos gouvernants?
Le simple fait que nous abordions ce thème à l’occasion de ces universités, démontre que le terme ou le concept mérite d’être davantage expliqué à tous les niveaux. On l’évoque globalement, mais tout le monde ne sait pas à quoi cela renvoie y compris en occident, même si on y est plus avancé. Il faut simplement retenir que lorsqu’on parle de développement durable, c’est la mise en orchestre de trois piliers principaux à savoir : le social, l’économie et l’environnement dans toutes les actions politiques et dans toutes les activités et projets que l’on met en uvre tant au niveau de l’entreprise qu’au niveau de la gestion publique.

Comment les élus locaux peuvent s’approprier ces nouveaux outils étant donné qu’ils sont les principaux acteurs au contact des populations?
En mettant les populations au c ur de toute stratégie de développement on ne peut pas déployer un programme sans prendre en compte ces piliers qui impactent leurs vies ; nous avons besoin d’une économie viable, nous avons besoin d’un environnement sain, et nous avons besoin de conditions de vie des plus optimales pour les populations. Donc en ayant en perspective ces trois éléments, les élus locaux ne peuvent que prendre en compte des préoccupations des populations. Et que veut le peuple ? Du pain et la paix ! dit-on en général ; et aujourd’hui on ajouterait. dans un environnement où on se sent mieux sans compromettre les générations futures.

En l’absence d’une société civile bien structurée, y a-t-il des mécanismes qui permettent aux populations de demander des comptes aux élus locaux qui font des promesses qu’ils ne tiennent pas forcément?
Les relations élus locaux /développent durable impliquent forcement la notion de gouvernance. Dans quel type de gouvernance sommes-nous ? Et vous savez autant que moi qu’aujourd’hui le monde n’évolue plus dans une structure qui passe simplement du haut vers le bas . À chaque niveau de la hiérarchie nous sommes en interaction avec les différentes parties prenantes: la société civile, les acteurs économiques, les O.N.G., les médias, les élus locaux, les législateurs, l’état. Toutes ces entités interviennent aux côtés des populations pour la gestion de la cité. Les élus locaux ne peuvent pas élaborer des programmes qui touchent à la vie des populations si elles ne prennent pas en compte les attentes de ces populations dans la communauté où ils ont de l’impact.


journalducameroun.com)/n

Dans un contexte où les potentiels élus sollicitent le suffrage en offrant des sacs de riz et autres billets de banques, ne pensez – vous pas que, parler de développement durable fait un peu «virtuel» d’autant plus que l’état a tendance à décider pour tout et partout?
La structure état est la mieux placée pour définir les grandes orientations d’un pays. Par exemple quels sont les projets utiles pour les populations. A partir de cette orientation stratégique de l’état, l’élu local peut prendre en compte les préoccupations particulières de sa circonscription et les classer par ordre de priorité en fonction des moyens disponibles. Il ya les populations, il ya l’état mais il ya aussi les nombreuses O.N.G., des Organisations internationales, des partenaires au développement qui jouent un rôle non-négligeable. Arriver à savoir qu’est-ce que chaque partie prenante citées plus haut, met en place pour contribuer à la réalisation des objectifs stratégiques permet donc à l’élu local de bien s’organiser, de définir des bornes suffisamment claires et de pouvoir entretenir une bonne communication avec ses électeurs. L’élu ne reviendra pas à la fin de sa mandature proposer sacs de riz et autres denrées mais plutôt faire avec les populations le bilan des projets mis en place en collaborations avec tous les partenaires et lesdites populations

Que dire de la sous- consommation des fonds disponibles dans les caisses de l’état et ceux des partenaires au développement; à qui la faute?
Les médias ne sont pas exempts de tout reproche (rires). Vous donnez parfois des informations incomplètes, alors que votre rôle est essentiel dans la compréhension du mécanisme de mise à disposition des crédits. La question de financements non-consommés c’est déjà adresser le bon projet et la bonne demande. Si l’élu savait qu’un organisme disposait des moyens pour la construction d’une maternité à cinq kilomètres de sa localité, alors que les femmes font 40 kilomètres pour aller accoucher, il ne solliciterait pas cet organisme pour des adductions d’eau parce que ledit organisme n’a pas prévu ce genre d’activités dans son programme. Cette question de fonds disponibles et non-consommés est un sujet qui semble préoccuper de très nombreux acteurs. Nous lui consacrerons suffisamment de temps pendant les universités des médias, du marketing et de la communication.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut