Personnalités › Success Story

Nécrologie : Maurice Ebanga casse son appareil photo

Adieu l'artiste !

Le célèbre photographe de sport s’est éteint ce mardi 28 janvier 2020 à l’hôpital général des suites de maladie. Avec sa disparition, le paysage photographique camerounais perd l’un de ses plus fidèles serviteurs.

Joint au téléphone, c’est avec une voix totalement enrouée par l’émotion que le photographe Guy Suffo nous raconte les circonstances du décès de son idole, Maurice Ebanga : « C’est à travers un tweet de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) que j’ai appris la triste  nouvelle. Immédiatement, je me suis rendu au domicile de Maurice Ebanga, au quartier Mvog-Ada, à Yaoundé. Chez lui, j’aurai la confirmation de son décès et que son corps a été déposé à la morgue de l’Hôpital central ».

Avant d’ajouter : « Nous le savions malade. Lors de la Can 2019 en Egypte, il ne se sentait déjà pas bien. Mais emporté par sa passion, il a tenue, comme d’habitude, à couvrir toute la compétition, même après l’élimination du Cameroun. Il était pour moi plus qu’un  grand-frère. Photographe attitré d’Orange Cameroun, j’avais beaucoup d’admiration pour lui. Disponible et pédagogue, c’est à ses côtés que j’ai appris les rudiments du métier de  photographe. Très blagueur, il nous communiquait sans cesse sa joie de vivre. Il va rejoindre dans l’au-delà, une autre icône  de notre métier Jean Jacques Ewong, disparu quelques mois plutôt ».

Un palmarès inédit

Maurice Ebanga qui aurait eu 56 ans le 7 octobre prochain était la photo. Il était quasi impossible, de jour comme de nuit, de le rencontrer sans son sac en bandoulière plein de matériels de photo. C’est ainsi qu’il flashait sans cesse. Né avec un appareil photo sous son berceau, il embrasse le  métier de photographe dès son admission au Lycée Leclerc, en 1976. Il a comme camarade de promotion, Seidou Mbombo Njoya, l’actuel président de la Fécafoot. A l’époque, pour améliorer son argent de poche,  il faisait déjà les prises de vue sur tout ou presque : les humains, les arbres, les oiseaux, les papillons, les monuments, les voitures etc. c’est ainsi que négligemment sa voiture était devenue une véritable photothèque. Jusqu’à son dernier souffle, il pouvait vous ressortir les photos anciennes, insolites ou inédites.

C’est que, de par son expérience, Maurice Ebanga est de loin le photographe le plus capé  de l’histoire du sport Camerounais. Son palmarès est hors pair. Tenez, depuis qu’il s’est lancé dans la photographie de sport en 1990, il a rarement manqué une compétition sportive de grande envergure, toutes disciplines confondues (Tour cyclisme du Cameroun,  Ascension du mont Cameroun). En football, l’homme a couvert notamment sept Coupes du monde, trois Jeux olympiques et deux Coupes des Confédérations et quinze phases finales de Can. C’est ainsi que celui que nous appelons affectueusement « Nyamoro » (grand-frère en langue Ewondo) a connu plusieurs générations de joueurs de l’équipe nationale fanion de football. Déjà malade lors du mondial Sud-africain en 2010, l’ancien ambassadeur de la firme de pellicule Kodak, avait reçu le soutien financier de l’emblématique capitaine des Lions, Rigobert Song Bahanag. Adieu  l’artiste.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé