Personnalités › Success Story

Nelson Mandela a rejoint la terre de ses ancêtres

Après une semaine d’hommages internationaux, l’ancien président sud-africain a été enterré, comme il l’avait souhaité, dans son village de Qunu, près des siens

« Un extraordinaire voyage s’achève », a lancé le président Jacob Zuma, lors de cet hommage. « C’est la fin de 95 glorieuses années d’un combattant de la liberté, d’un serviteur humble et dévoué du peuple d’Afrique du Sud, d’un puits de sagesse, d’un pilier de force, d’une lumière d’espoir », a résumé le chef de l’Etat. « Tu resteras la lumière qui nous guidera ». Coups de canon, escorte militaire, hymnes religieux, ch urs d’enfants, 95 cierges: la cérémonie, digne et élégante, a réuni la pompe due à un homme d’Etat de sa stature et une sensation d’intimité, avec les hommages de proches et de parents. Elle a ponctué dix jours de deuil national et une série de cérémonies en Afrique du Sud et dans le monde, dont un autre point fort avait été l’hommage, mardi dans un stade de Soweto, d’une centaine de chefs d’Etat et de gouvernement, avec près de 60.000 spectateurs. Le président américain Barack Obama avait alors salué en Mandela un « géant de l’Histoire ».

Dimanche, Jacob Zuma s’est adressé directement au défunt, « un homme si grand et cependant si humble », dont « l’élégance, le rire, l’amour et le leadership » manqueront à tous. « L’Afrique du Sud va continuer à grandir, parce que nous ne pouvons pas te décevoir ». Son vieil ami et camarade de détention à Robben Island, Ahmed Kathrada, avait auparavant prononcé un adieu émouvant au héros de la lutte anti-apartheid, qu’il considérait comme son « grand frère ». « J’avais vu à l’hôpital un homme impuissant et réduit à l’ombre de lui-même et l’inévitable s’est produit », a-t-il raconté d’une voix chevrotante. « Adieu mon frère, mon mentor, mon leader. Ma vie est face à un vide et je ne sais plus vers qui me tourner. » L’une des petites-filles du défunt, Nandi Mandela, a détendu l’atmosphère en revenant sur les qualités de conteur de son « Tatamkhulu » (grand-père). « Il préférait les histoires qui lui permettaient de se moquer de lui-même », a-t-elle rappelé, mais il était « aussi un grand-père strict, attaché à la discipline, qui nous préparait à la vie. »

Une statue géante de Nelson Mandela, les bras ouverts en signe de réconciliation, a été dévoilée lundi au siège de la présidence sud-africaine à Pretoria, au lendemain des funérailles d’Etat du héros de la lutte anti-apartheid. Neuf mètres de haut, 4,5 tonnes de bronze: la sculpture créée par les Sud-Africains Andre Prinsloo et Ruhan Janse van Vuuren, a coûté 8 millions de rands (800.000 dollars, 564.000 euros) et est présentée comme la plus grande statue au monde de Nelson Mandela.


tempsreel.nouvelobs.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut