Société › Société

Ngaoundéré: Belel, un village au bout du monde.

Son enclavement rend difficile la délocalisation effective de l’école vétérinaire

Localité située à environ 200 kilomètres de Ngaoundéré, soit trois à quatre heures d’un périple kafkaïen sur une route non bitumée, Belel est l’un des multiples arrondissements que compte le département de la Vina. Un véritable parcours du combattant pour celui qui s’y rend pour la première fois, surtout en saison de pluies. Le bitume commence à environ un kilomètre du site de l’Ecole des sciences et de médecine vétérinaire de Ngaoundéré. En toute vraisemblance, ce site était jadis un camp de logement appartenant à une société ayant participé à la construction du pipeline tchado-camerounais.

Le visiteur qui y arrive est tout de suite frappé par la beauté des lieux, quelques conteneurs vétustes et des constructions qui présentent pour le moins une architecture moderne. Le choix de Ngaoundéré en général et de Belel en particulier pour accueillir l’Ecole des sciences et de médecine vétérinaire (Esmv) n’était pas fortuit. Zone par excellence d’élevage du bovin avec ses vastes étendues de pâturage qui s’étendent à perte de vue, le choix était vite fait. A la question posée au Professeur André Zoli PAGNAH, Directeur de l’Esmv de savoir pourquoi l’institution dont il a la charge tarde à rejoindre son site naturel qu’est Belel, il répond : Peut-être je ne suis pas très bien renseigné sur la question. Elle mériterait d’être posée à des personnes plus compétentes. Pour l’instant je me contente du site sur lequel on m’a demandé de démarrer les cours. Et si je m’en tiens à la hiérarchie, on m’a fait comprendre que l’école aura deux sites dont celui de Ngaoundéré. Pour l’instant, nous avons démarré où le matériel de travail est disponible, donc Ngaoundéré qui nous prête volontiers des locaux pour les cours et les bureaux de l’administration.

Mais seulement, il ne faut pas se méprendre. Car selon le Professeur André Zoli PAGNAH, Directeur de l’Esmv, la médecine vétérinaire ne se limite pas qu’aux bovins. Car qui dit médecine vétérinaire dit clinique dans laquelle on doit pouvoir rencontrer plusieurs types de malades : bovins, ovins, caprins et autres petits ruminants. A moins qu’il ne s’agisse d’une clinique spécialisée. A ce manque de diversité d’animaux qui est loin d’être une réalité à Belel, s’ajoutent des difficultés liées à la qualité des infrastructures, à l’accès au site, à l’éloignement, bref à son enclavement. On peut enfin évoquer le sempiternel problème d’insécurité notamment avec la présence des coupeurs de route dans la Région. Des raisons et biens d’autres qui font croire que la délocalisation effective de l’Esmv de Dang pour Belel a encore du chemin à faire. Partira ? Partira pas ? On croise les doigts.

L’école vétérinaire est logée au campus de Dang, à Ngaoundéré
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut