Société › Société

Ngaoundéré – Garoua: La nationale n°1 bientôt impraticable

Le trafic sur l’axe Ngaoundéré – Garoua de nouveau perturbé à cause de l’état de la route

Le regain de la pluviométrie de ces derniers jours perturbe incessamment le trafic routier entre Ngaoundéré et Garoua. Il s’agit précisément du tronçon Ngaoundéré ville et Borongo qui est une véritable zone de turbulence. Un axe incontournable pour tous les usagers, voire le cordon qui unit le Grand Sud-Cameroun au deux régions septentrionales à savoir le Nord et l’Extrême-Nord. Un tronçon d’à peine 20 kilomètres qui est devenu le cauchemar des transporteurs, un fil à retordre pour tous les chauffeurs nationaux et étrangers. Pour l’instant, la dégradation continue et les usagers se multiplient par centaine surtout en cette période de vacances. Chaque jour, des centaines de gros porteurs et de camions en provenance de Douala et de partout empruntent cet axe désastreux pour de multiples destinations : Tchad, Nigéria, et au-delà. Cette route nationale n°1 sera bientôt impraticable.

«Même si cela n’est pas nouveau sur les routes camerounaises, affirme un chauffeur Tchadien rencontré sur place, on ne peut pas cacher que cette situation ralentit nos trafics. » Pour l’instant, le calvaire continue puisqu’aucune mesure n’est prise pour remédier à cette situation. Il faut noter que l’on a enregistré quelques cas d’accidents liés à ce problème. L’origine de cet état de choses n’est pas lié à une utilisation non conforme de cette route mais plutôt au vieillissement de la chaussée qui depuis plusieurs dizaines d’années n’a pas connu un revêtement. Aujourd’hui, des rumeurs circulent autour d’un éventuel début des travaux de réfection de ce tronçon début novembre mais officiellement aucune nouvelle ne s’infiltre à propos.

La chaussée après une pluie
journalducameroun.com)/n

Chaque année pendant la saison pluvieuse, la route fait des caprices dans cette partie du pays. En septembre 2012, un dalot s’était effondré provoquant rupture totale de la route, et si rien n’est fait en septembre 2013, on risque connaitre un désagrément bien probable. A ce jour, seule la présence d’une entreprise chinoise sur les hauts de la falaise redonne une bribe d’espoir aux populations de cette localité qui espèrent que ces chinois pourront se retrouver sur ces lieux transformés en véritables petits gisements de boue.

Les usagers en difficulté à cause des nids de poules
journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut