Santé › Actualité

Ngaoundéré: Le Cerac sensibilise les jeunes sur le Vih/Sida, le choléra…

Le cercle des amis du Cameroun a rencontré les jeunes de la région il y a quelques jours. C’est Mme Aboubakar Aïssatou qui portait le message de la Première Dame

Sensibiliser les jeunes de l’Adamaoua sur le Vih/Sida, le choléra, le paludisme et la protection de l’environnement, tel est l’objectif du Cercle des Amis du Cameroun qui a séjourné dans la ville de Ngaoundéré. Le 08 février dernier, Mme Aboubakar Aïssatou, représentante personnelle de la première dame du Cameroun, Mme Chantal Biya, a présidé une séance des causeries éducatives avec les jeunes de la ville, et particulièrement les élèves du Lycée Classique et moderne de Ngaoundéré qui a abrité la rencontre. Dans son allocution à l’ouverture de la phase protocolaire des échanges, Ahmadou Dawa, Délégué du Gouvernement auprès de la communauté urbaine de Ngaoundéré n’a pas manqué de souligner l’importance de ce genre de rencontres, eu égard de la pauvreté et surtout de l’ignorance qui n’épargne pas cette région. Il se félicite et remercie la première dame du Cameroun pour cette initiative louable car selon lui « les initiatives de telles natures se distinguent par leur rareté dans cette partie du Cameroun ».

Les jeunes, principaux concernés, ont su apprécier ces assises de par leur participation et leurs interventions parfois tranchées. C’est le cas du discours tenu par la représentante des élèves qui s’est voulu directe à l’égard des responsables administratifs, et surtout de la représentante de Chantal Biyaet sa suite. La jeune fille a martelé la nécessité de permettre à cette jeunesse de prendre la relève et de lui offrir une éducation de qualité car estime t-elle, « éduquer l’enfant, c’est assurer l’avenir d’une nation ». Il est évident que les difficultés existent dans le domaine de l’éducation, et aussi de la sensibilisation sur les maux qui gangrènent cette couche sociale fragile en quête d’un avenir prometteur, mais face à tout cela, elle a également des responsabilités qui parfois sont sources de nombreux écarts sociaux. Le Délégué régional des enseignements secondaires pour l’Adamaoua Hama Adama Djarafou a interpellé non seulement les jeunes mais aussi, toute la société, à plus d’implication dans l’édification d’une nation saine. Il condamne les cas de déperdition scolaire, de violence et la consommation des stupéfiants dans les établissements. Selon le Délégué régional MINSEC-Adamaoua, la contamination des jeunes par les IST/SIDA découle du manque d’une éducation familiale de base. C’est à cet effet, que l’Unesco a procédé l’an dernier à la mise sur pied d’un programme d’assistance scolaire dans les établissements pilotes de la région. L’application de ce programme est basée sur l’utilisation des kits de projection vidéo pour la diffusion des microprogrammes sur les Ist/Sida. Il y a donc besoin d’intensification de sensibilisation sur ces différents maux auxquels sont exposés les jeunes avec un accent particulier sur la jeune fille. La représentante de Chantal Biya invite les jeunes et les élites politiques de la ville à « faire face aux défis du présent afin d’aborder l’avenir avec sérénité ».

Même si beaucoup d’efforts ont été consentis dans cette perspective, le chemin à parcourir reste encore long. Parmi les défis majeurs figurent en bonne place l’éducation et la protection de la nature, principaux obstacles à l’éclosion d’un corps sain dans un environnement sain. Le Cercle des Amis du Cameroun a procédé également à la remise d’importants matériels aux jeunes de la ville de Ngaoundéré. La visite du Cerac dans la région de l’Adamaoua s’est achevée le 9 février 2013 avec la remise de dons aux habitants du village de Idol situé à 60 km au Sud de Ngaoundéré.

Le Cerac sensibilise les jeunes de l’Adamaoua sur le Vih/Sida, le choléra et le paludisme
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut