Société › Société

Ngaoundéré: Les magistrats et auxiliaires de justice de l’Adamaoua à l’école du droit OHADA

Ils ont pris part à un séminaire-atelier sur le droit OHADA du 11 au 15 juillet 2011 à l’hôtel du Lac de Ngaoundéré

La famille judiciaire de l’Adamaoua est sur les bancs depuis ce lundi 11 juillet 2011, à la faveur d’un séminaire atelier sur le droit OHADA (Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires) organisé à l’intention du personnel judiciaire et para judiciaire. Une initiative du Ministère de la justice sur fonds PPTE financée par le gouvernement Italien. C’est le gouvernement Italien qui nous a aidé en mettant des fonds PPTE à notre disposition pour former et améliorer les prestations des personnels judiciaires et auxiliaires de justice, a déclaré Oumarou Bamanga, directeur des affaires générales au ministère de la justice qui a présidé les travaux d’ouverture. En ouvrant les travaux, le représentant du ministre de la justice garde des sceaux a prescrit assiduité à la cinquantaine des magistrats, notaires, huissiers de justice, avocats et greffiers venus des cinq départements de la région. Aussi leur a-t-il demandé d’être attentifs à tout ce qu’ils apprendront au cours du conclave de Ngaoundéré et d’user de toutes leurs expertises pour une démarche interactive, question de rompre avec la routine. Il s’agit ainsi pour le ministère de la justice de promouvoir la consolidation du partenariat secteur public – secteur privé en vue de permettre un accès équitable à la justice par le biais d’un secteur judiciaire efficace.

Les objectifs visés par ce séminaire sont entre autres de créer de bonnes conditions pour l’amélioration de la gouvernance judiciaire au Cameroun. Le diagnostic opéré à l’heure actuelle révèle que la justice camerounaise recèle encore des insuffisances dont certaines sont liées à la faiblesse des performances qualitatives des hommes et des femmes qui la servent au quotidien, surtout en matière de droit OHADA dont l’un des principaux objectifs est l’amélioration de l’environnement juridique et judiciaire. Selon Oumarou Bamanga, l’importance que l’Etat et le ministère de la justice accordent à la formation du personnel judiciaire n’est plus à démontrer. L’action de la justice dans la prévention et le traitement des difficultés des entreprises a été le premier thème abordé en atelier, suivi des restitutions et des corrections collectives. L’objectif c’est de faire en sorte que dans les discussions, que les magistrats et auxiliaires de justice puissent améliorer leur perception du droit OHADA, leur manière d’appliquer ce droit nouveau qui n’est pas du tout aisé, a déclaré le DAG du Minjustice. Les participants ont également planché sur la saisie-attribution des créances, l’injonction de payer, le bail et la vente commerciale. De l’avis de l’un des exposants, Alexis Nzouenkeu, l’acte uniforme OHADA sur le droit commercial général révisé le 15 décembre 2010 à Lomé au Togo permet ainsi aux opérateurs économiques de disposer d’un cadre juridique incitatif et sécurisé pour la bonne marche de leurs activités. La fin des travaux a lieu ce vendredi 15 juillet 2011 à Ngaoundéré.

Les magistrats et auxiliaires de justice de l’Adamaoua à l’école du droit OHADA à Ngaoundéré
juriafrica.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé