› Eco et Business

Ngaoundéré: L’établissement de microfinance Fiffa S.A dans la tourmente

Les clients de l’agence régionale de l’Adamaoua réclament 40 millions de francs d’épargne aux responsables

C’est plus d’une centaine d’épargnants de cet établissement de microfinance qui ont pris d’assaut ce lundi 17 septembre 2012, les services du gouverneur de la région de l’Adamaoua. Les uns plus furieux que les autres sont venus, disent-ils, porter à l’attention du « grand patron », leurs soucis de rentrer en possession de leurs épargnes logées dans des comptes ouverts au sein de la First Investment For Financial Assistance (Fiffa Sa). Soit la somme total de 40 millions de francs cfa. Un montant qui regroupe les dépôts des épargnes classiques élevées à 27 133 572 Fcfa, 5 000 000 de Fcfa pour les épargnes journalières, près de 5 900 000 Fcfa redevables aux épargnants du compte islamique et 5 970 000 Fcfa pour les épargnes bloquées. C’est cet ensemble de créances liées essentiellement à l’épargne qui a provoqué le courroux des clients qui avaient préalablement saisi le nouveau responsable de la microfinance. Byampambe Gildace a eu tout le mal du monde à contenir à travers quelques explications, la colère des assaillant qui en toute responsabilité se sont gardés de violenter les locaux de la banque. Le responsable régional qui arrive juste après la fuite vendredi 14 septembre, de son prédécesseur. Enganfack Régice pris de peur après la première manifestation des salariés accrédités au sein de son entreprise s’est fondu dans la nature après avoir soldé les salaires de ses clients, majoritairement des hommes en tenues.

Appelé de toute urgence pour résoudre le problème, le Chef de service des affaires monétaires et des assurances de l’Adamaoua à Ngaoundéré s’est voulu conciliant. Le médiateur de circonstance s’est évertué à calmer en vain les manifestants décidés à rentrer en possession de leur dû à l’instant même. Didace Elounou après avoir étalé les mesures prises en amont fait état de ce que ce problème n’est que le résultat d’un « effet domino ». Par ailleurs, un montant de 17 millions a été débloqué quatre jours avant pour régulariser une partie de la situation, déblocage de fond qui intervient après une descente musclée sur le terrain du Préfet de la Vina et du Trésorier payeur général de Ngaoundéré. Le conclave convoqué ce lundi et qui réunissait au tour de la table les ayants droits, le directeur régional Fiffa et le chef service des affaires monétaires et des assurances de l’Adamaoua visait ainsi à tirer un trait sur cette situation qui est sans créer la torpeur dans les c urs des clients de la microfinance. Pour les rassurer, le directeur de la microfinance par l’entremise du responsable régional des affaires monétaires a fait savoir que tout le monde sera payé et que ce n’était qu’une question de temps. Dans l’ordre des priorités, les fonds qui seront débloqués pour exécuter le remboursement des créances reviendra d’abord aux épargnants des groupements d’initiatives communautaires (Gic), comme ce fut proposé pendant les échanges.

Les clients de l’agence régionale de l’Adamaoua réclament 40 millions de francs d’épargne aux responsables de la Fiffa
fiffabank.com)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé