Société › Société

Ngaoundéré: une semaine pour le recyclage des instituteurs nouvellement contractualisés

Avant la signature de leurs contrats, les instituteurs nouvellement contractualisés ont suivi une formation cette semaine

Le recyclage des instituteurs nouvellement contractualisé est devenu presqu’une tradition à l’éducation de base. Selon l’inspecteur général au ministère de l’enseignement de base, Ebana René, « la plupart d’entre eux est restée longtemps sans enseigner et il est de bon ton qu’au moment où ils vont entrer dans les salles de classe, qu’on leur donne non seulement les bribes de l’administration, mais aussi qu’on réveille en eux les compétences techno-pédagogiques qu’ils ont eu à acquérir au cours de leur formation dans les ENIEG. Chaque fois qu’il y a des recrutés, nous les formons, nous les recyclons ». C’est ainsi que les instituteurs retenus dans le cadre de la 5e opération de contractualisation des instituteurs de l’enseignement général sont sur les bancs depuis ce lundi 11 octobre 2010, et ce pendant une semaine. C’est à la faveur d’un séminaire de recyclage organisé à leur intention par la délégation régionale de l’enseignement de base pour l’Adamaoua. Les travaux qui se déroulent dans la salle polyvalente de l’ENIEG de Ngaoundéré sont placés sous la présidence du délégué régional de l’enseignement de base, Ahmadou Maouloudou.

Répartis en maîtres des parents, titulaires du CAPIEM et handicapés, ils sont au total 300 instituteurs contractualisés pour la seule région de l’Adamaoua. En ouvrant ce séminaire, Ahmadou Maouloudou a souhaité la bienvenue aux participants et formateurs venus en majorité des services centraux. A l’intention de cette nouvelle cuvée d’enseignants, il a prescrit abnégation, ponctualité et assiduité qui devront être les maître-mots durant ce séminaire de cinq jours et même dans leur vie professionnelle. «Pour un Cameroun émergent en 2035, tout doit commencer maintenant. Il ne faut pas attendre 2030 pour se mettre à gesticuler, puisque c’est la petite enfance d’aujourd’hui qui sera l’homme de ce Cameroun émergent » a-t-il ajouté. Pour le début des travaux, deux modules subdivisés en cinq exposés ont été programmés. Les thèmes vont de la gestion administrative et financière des instituteurs contractualisés à la discipline générale des personnels, les droits et devoirs de l’enseignant en passant par la place de l’élève dans le processus enseignement-apprentissage et la nouvelle vision de l’évaluation de l’apprentissage des élèves de l’école primaire camerounaise. Les autres modules seront axés sur la pédagogie des TIC au ministère de l’éducation de base et sur l’enseignement de la seconde langue officielle. Les travaux s’achèvent ce vendredi 15 octobre 2010 avec à la clé, la signature des contrats.

À LA UNE
Retour en haut