International › AFP

Niger: La junte a libéré les ministres détenus et promis d’organiser des élections rapidement

« Notre intention est d’assainir la situation politique et de réconcilier les Nigériens », affirment les putschistes…

La junte qui s’est emparé du pouvoir au Niger lors d’un coup d’Etat va organiser des élections et libéré de tous les membres du gouvernement qu’elle détenait, a annoncé l’un de ses dirigeants depuis Bamako, deux jours après le putsch. Notre intention est d’assainir la situation politique, de réconcilier les Nigériens. Nous comptons organiser les élections, mais avant, il faut assainir la situation, a déclaré le colonel Djibrilla Hamidou Hima, en marge d’un sommet de chefs d’Etat ouest-africains à Bamako. Je peux vous dire que tous les membres du dernier gouvernement Tandja sont désormais libres, a annoncé le colonel Hima. Ces ministres avaient été arrêtés lors du coup d’Etat, qui a eu lieu pendant une réunion du conseil des ministres, tout comme le président Tandja, qui lui, est toujours détenu.

S’adressant aux manifestants, le capitaine Harouna Djibrilla Adamou a assuré que le Conseil militaire avait agi au nom de l’intérêt supérieur de la nation nigérienne, et non pour son propre compte.
A Tillabéri (ouest du Niger), des milliers de personnes ont également pris part à une manifestation de soutien aux putschistes, selon la radio publique. L’Association nigérienne pour la défense des droits de l’homme (ANDDH), plus importante ONG de ce type dans le pays, a également appelé à la tenue d’élections démocratiques mais sans les putschistes. Le CSRD, qui retient le président déchu et assure qu’il se porte bien, a annoncé vendredi la création prochaine d’un « conseil consultatif » pour travailler à l’avenir du pays.

A la question de savoir si M. Tandja serait jugé, le colonel Hima a répondu: Non, nous n’allons pas arriver à cette extrémité. On ne peut pas dire que tout ce que Tandja a fait est négatif. Le Niger, vaste pays sahélien est plongé dans une grave crise politique depuis que M. Tandja, 71 ans, dont le dernier quinquennat s’achevait en décembre, avait décidé de se maintenir coûte que coûte au pouvoir en faisant adopter une nouvelle constitution prolongeant son mandat. La Cédéao avait suspendu le pays et l’Union européenne interrompu son aide au développement. La communauté internationale a néanmoins condamné le coup d’Etat et réclamé un retour rapide à des règles démocratiques.

Junte au pouvoir
AFP)/n

Zapping Actu International
Vos paris sportifs can 2019
1xbet
À LA UNE
Zapping CAN 2019
SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé