Société › Société

Nigéria: Diffusion d’une vidéo présumée des otages enlevés au Cameroun

Des personnes entourées de gardes armés, apparaissent sur une vidéo où sont lues des revendications pour leur libération

Une vidéo qui semble montrer les sept citoyens français, dont quatre enfants, enlevés dans l’extrême nord du Cameroun la semaine dernière, a été diffusée pour la première fois sur internet le 25 février 2013 en début de soirée. La vidéo, postée sur YouTube, montre ce qui semble être la famille Moulin-Fournier – un couple, leurs enfants âgés de cinq, huit, 10 et 12, et un oncle – qui ont été saisis le 19 Février après une visite au parc national de Waza, une réserve faunique de l’extrême nord du Cameroun. La vidéo présente trois adultes assis les jambes croisées avec quatre enfants en face d’eux, gardés par deux hommes armés et camouflés. Un otage mâle lit en français une déclaration écrite. Il affirme qu’ils ont été pris par le groupe islamiste nigérian Boko Haram, lequel exige la libération de leurs militants détenus au Nigeria et au Cameroun. Un des gardes qui parle en arabe dans la vidéo, affirme selon un interprète, que Boko Haram a saisi le groupe en représailles à l’intervention militaire française au Mali. Il dit que les otages seront tués si leurs demandes ne sont pas satisfaites. En France, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a indiqué que des experts, examinaient la vidéo pour déterminer si elle est authentique: «Nous avons reçu des informations que le groupe Boko Haram revendique détenir la famille française », a déclaré aux journalistes monsieur Ayrault.

Revendication postée sur Youtube

Problème, le groupe Boko Haram, qui a déclaré un cessez-le il y a cinq semaines, a nié toute implication dans l’enlèvement: «Nous avons entendu ces derniers temps des déclarations qui nous relient à l’enlèvement des sept ressortissants français au Cameroun. Nous n’avons aucun problème avec le peuple français et aucun lien avec les ravisseurs » a déclaré, le Cheikh Abou Mohammed Ibn Abdulazeez, le porte-parole du mouvement, lors d’une conférence de presse dimanche à Maiduguri, fief de Boko Haram dans le nord du Nigeria, selon des informations rapportées par des médias britanniques. Mais il ne nie pas la possibilité que des groupuscules poursuivent des actions violentes au-delà du cessez le feu que son organisation a signé avec le gouvernement fédéral nigérian. « Ceux qui sont actuellement engagés dans cette violence ne sont pas de notre mouvement, parce que nos gens sont obéissants vis-à-vis de leurs dirigeants. Du moment que la direction leur a demandé de cesser le feu, ils ne continueront pas à la violence », a ajouté monsieur Abdulazeez. Le gouvernement camerounais n’a pas encore réagi à cette nouvelle situation. La semaine dernière, le ministre de la communication intervenant sur le sujet a indiqué que le Cameroun était un « havre de paix et que les mouvements islamistes n’y existaient pas ». Cette vidéo est diffusée alors que l’ambassadeur Bruno Gain de France effectue une visite dans la région. Le diplomate français s’est refusé à toute déclaration sur le sujet, disant ne pas vouloir compromettre la sécurité des otages. Au Cameroun, une partie de l’opinion évoque le fait que l’enlèvement de cette famille est une manipulation française pour mener des actions obscures au Cameroun. Les conclusions des experts français sur la vidéo sont attendues ainsi que la réaction française.

À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut