› International

Nigéria: Les actes de violences continuent

Ces actes perpétrés par des rebelles ont fait baisser la production pétrolière

La violence continue dans la région du delta du Niger. Ces violences jusqu’ici ont fait baisser la production nigériane de 2,6 millions de barils par jour en 2006 à 1,76 actuellement. Dans un communiqué, l’armée nigériane a annoncé qu’elle continuait ses opérations dans le Delta du Niger pour stopper les activités rebelles et retrouver des expatriés et des soldats toujours recherchés. Dans le même sillage, l’armée ratisse l’Etat du delta affirmant vouloir complètement chasser les rebelles de la région. Avant-hier, une patrouille de la marine nigériane a déjoué une attaque contre installation de la compagnie française Total. Des hommes à bord de vedettes ont essayé d’attaquer notre champ pétrolier d’Amemam, mais ont été chassés par une équipe de notre patrouille, a déclaré à l’AFP le porte parole local de Total, Fred Ohwawa.

Les violences qui sévissent actuellement dans la région du delta du Niger sont causées par le principal groupe armé dans le sud pétrolifère du Nigeria qu’est le Mouvement pour l’Emancipation du Delta du Niger (Mend). Ce groupe avait déclaré le 15 mai dernier une guerre totale dans la région du delta du Niger où opèrent de nombreuses compagnies pétrolières internationales, ils avaient appelé tous les hommes en âge de se battre à s’engager pour notre liberté. Et aujourd’hui, des combats féroces continuent dans cette région du Delta du Niger.

Ces violences ont été la conséquence de la destruction de plusieurs oléoducs lundi dernier dans le sud pétrolifère du Nigéria, où l’armée mène une vaste opération pour chasser totalement les rebelles du Mend dans la région. Dans un e-mail adressé aux médias, le Mend a assuré que ses combattants ont détruits des tronçons importants de pipelines pour entraîner l’assèchement de l’approvisionnement du réservoir de stockage de Chevron dans le Delta. Le géant pétrolier américain a annoncé lundi dernier que sa production au Nigéria a baissé de 100.000 barils par jour après l’attaque contre un des oléoducs.
A côté de ces pertes dans le domaine pétrolier dues violences, des dégâts humains ne sont pas en reste. Plusieurs personnes ont trouvé la mort et des milliers de civils ont fuit leurs villages dans l’Etat du Delta, au Nigeria, lorsque les forces armées du gouvernement ont lancé une offensive contre des mouvements militants.
Revendiquant régulièrement depuis trois ans attaques, sabotages et enlèvements, le Mend affirme agir au nom des populations locales du delta et en faveur d’une meilleure répartition des revenus pétroliers.


journal du Cameroun)/n
À LA UNE
Retour en haut