› International

Nigeria: Les violences de Boko Haram ciblent les chrétiens

Après les églises, les magasins des chrétiens ont été incendiés dans le nord-est du pays, faisant un total de 40 morts

Au lendemain des sanglants attentats qui ont notamment visé deux églises, les chrétiens du Nigéria continuent de vivre l’Apocalypse. Ces actes revendiqués par la secte islamiste Boko Haram qui promet de poursuivre son offensive, se sont poursuivis hier lundi 26 décembre 2011. Une trentaine de commerces gérés par des chrétiens ont été brûlés à Potiskum (nord-est), selon la police et des témoins, faisant craindre une nouvelle vague de violences sectaires au Nigeria. Un supermarché a aussi été incendié de même que le domicile d’un dirigeant chrétien local, selon un habitant. A Madalla, près de la capitale Abuja, des centaines de chrétiens ont assisté à une messe célébrée dans une église visée la veille par un attentat qui a fait 35 morts, l’assaut le plus meurtrier parmi la vague d’attentats qui a secoué le Nigeria le jour de Noël. Des tâches de sang maculaient le mur extérieur de l’église Ste Theresa et des secouristes ramassaient encore hier lundi des restes humains jonchant le sol devant l’édifice.

L’explosion a retenti alors que les fidèles sortaient de l’édifice. Certains ont brûlé dans leurs voitures et d’autres, blessés, se sont précipités vers un prêtre pour demander l’extrême onction. L’archevêque Martin Uzoukwu, en célébrant la messe en souvenir des victimes, a appelé les fidèles à ne pas avoir recours à la violence. Ce dont nous avons besoin, c’est de vos prières a-t-il dit. A Damaturu (nord-est), par centaines, des habitants étaient rassemblés, lundi 26 décembre matin, devant des stations de taxis et arrêts de bus pour fuir la ville en proie à un nouveau cycle de violences et théâtre d’un attentat suicide dimanche. C’est calme aujourd’hui mais rien ne garantit qu’il en ira ainsi dans les prochaines heures, lance un homme devant un arrêt de bus. Des gens ont été tués et je pourrais être la prochaine victime.

Boko Haram à l’origine de ces troubles veut instaurer un Etat islamique au Nigeria. L’année dernière à la même période, ce même groupe avait revendiqué des attentats qui avaient tué plus de 80 personnes. La secte Boko Haram, dont le nom signifie en langue africaine haoussa que l’éducation occidentale est impure, a été créée en 2003 par Mohamed Yusuf. Elle a pour but l’instauration de la charia, la loi islamique, au Nigeria, un grand pays sub-saharien à la population également partagée entre musulmans et chrétiens. Le groupe s’inspire du mouvement des talibans afghans: ses partisans, qui portent de longues barbes et des foulards rouges ou noirs, utilisent la peur pour imposer leur idéologie. Boko Haram a revendiqué des dizaines d’attentats et de fusillades dans son fief du nord du pays, notamment à Maiduguri, Kano et Sokoto.

Les réactions dans le monde face à ce drame ont aussitôt retenti. Le pape Benoît XVI a fait part lundi 26 décembre de sa profonde tristesse et le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a appelé à la fin des violences au Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique avec 160 millions d’habitants également répartis entre musulmans, majoritaires dans le nord, et chrétiens, plus nombreux dans le sud. La chef de la diplomatie de l’UE, Catherine Ashton s’est dite profondément choquée. Quant au président nigérian Goodluck Jonathan, il a promis que tout serait fait pour que les coupables soient jugés mais les autorités ont jusqu’à présent échoué à empêcher la secte de multiplier ses attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières.


tendanceouest.com)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé