Culture › Mode

Njiongang De Tchouta expose à l’IfC de Yaoundé

A partir de ce jeudi 4 avril au samedi 4 mai prochain, ce peintre camerounais va procéder au vernissage de sa nouvelle collection baptisée « Poésie de la terre »

De son nom d’artiste Shegall, Njiongang De Tchouta est un jeune camerounais, artiste plasticien spécialisé dans l’exécution de portraits et d’abstraits. À seulement 6 ans, il reproduisait déjà des illustrations de son livre de lecture. Alors que son rêve était de devenir sportif de haut niveau. Son instituteur, qui avait remarqué ses talents, rencontrait souvent ses parents pour leur présenter ses dessins. Mais pour son père, c’était juste une distraction d’enfant. Il ne savait pas l’assurance, le plaisir, la satisfaction que le Shegall avait de l’exécution d’un dessin. Dans une interview accordée au site culture ébène, il affirme que le début de sa carrière et son attachement réel à la peinture remonte à un jour assez banal.

« Un jour, en rentrant d’un championnat de football, je vois sur la route des tableaux de peinture accrochés sur les murs d’une maison. Cela ressemblait à une exposition. C’était l’atelier d’un artiste peintre, Anol El Pemu. J’ai demandé à rencontrer l’artiste, mais il n’était pas là. Je n’avais jamais ressenti des émotions aussi fortes de toute ma vie. Le lendemain, je suis revenu et il était là, je regardais les tableaux, j’étais bouche bée, je ne savais pas quoi dire. Je lui ai présenté mes dessins. Ils étaient faits au stylo et au crayon, je n’avais jamais vu un pinceau de toute ma vie. Il a regardé mes dessins pendant que je regardais ses pinceaux, C’est la première fois que j’ai touché à un pinceau, et il y en avait un particulièrement que je regardais beaucoup. Il m’a dit de le prendre. J’étais si content que je tremblais. Je l’ai ajouté à la collection de mes pinceaux artisanaux que je fabriquais à l’époque avec les poils que j’arrachais au manteau de fourrure de mon père, et que j’attachais à l’extrémité d’un bâtonnet.» Shegall s’est aussi essayé à d’autres disciplines telles que la photographie, la danse, la musique, le mannequinat et la comédie. Il a même obtenu en 2008 le prix du meilleur portraitiste et meilleur jeune talent au festival La Folie de l’Art au Burkina-Faso.


shegall.weebly.com)/n
À LA UNE
Retour en haut