Opinions › Tribune

Non à l’abus de pouvoir de Madame le Sous-préfet de N’Gaoundéré 3è

Par Charles Ngah Nforgang, Secrétaire national à la Communication et aux Alertes du SNJC

Le Bureau Exécutif National (BEN) du Syndicat National des journalistes du Cameroun (SNJC) a été informé de l’irruption tôt ce matin du 24 septembre 2014 de deux individus au domicile du journaliste Abdouramane Ousmanou, correspondant du journal Aurore Plus dans le Septentrion. Ces individus qui se sont présentés au journaliste comme étant des policiers en civil lui ont remis une convocation du Commissaire spécial de la ville de N’Gaoundéré, non sans menacer de conduire le journaliste de force au commissariat.

Ces policiers agissent ainsi à la demande expresse de Madame le Sous-préfet de N’Gaoundéré 3è.
En effet, dans l’édition d’Aurore Plus N° 1626 du 12 septembre 2014, Abdouramane Ousmanou, a commis un article sur la gestion des fonds de l’Association des Parents d’Elèves et des Enseignants (APEE) du lycée bilingue de Malang. Il y ressortait alors que Madame le Sous-préfet de N’Gaoundéré 3è y était impliqué.

Depuis lors, Abdouramane Ousmanou reçoit régulièrement des intimidations, des menaces d’enlèvement et de séquestration.
Le SNJC dénonce cette attitude irresponsable de Madame le Sous-préfet de N’Gaoundéré 3è et du Commissaire spécial de cette ville. La loi a expressément prévu les mécanismes par lesquels tout individu s’estimant lésé, outragé ou diffamé entre autres par des productions de journalistes peut obtenir réparation du préjudice. Nulle part, y sont prévus, des menaces, des intimidations, des tentatives d’enlèvement ou de séquestration.

Notre syndicat demande à Madame le Sous-préfet de N’Gaoundéré 3è et au Commissaire spécial de cette ville d’arrêter ces pratiques indignes des hauts cadres de l’administration. Madame le sous-préfet a le loisir de poursuivre Abdouramane Ousmanou et le journal Aurore Plus devant les tribunaux et pas abuser de son pouvoir.

Le SNJC se réserve le cas échéant, d’appeler les journalistes exerçant dans cette région à bouder toute activité organisée par la police ou les autorités de l’Adamaoua. Notre syndicat n’hésitera pas à ester en justice Madame le Sous-préfet de N’Gaoundéré 3è et le Commissaire spécial pour abus de pouvoir.

Pour le Bureau Exécutif National: Charles Ngah Nforgang, Secrétaire national à la Communication et aux Alertes


jambonews.net)/n


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé