Opinions › Tribune

«Nos problèmes seront résolus par les Kamerunais, au Kamerun… »

Par le Manidem

Le mouvement africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie vient de publier un communiqué, après l’appel lancé par certains partis d’opposition en direction du président français François Hollande, pour qu’il les aide à faire partir Paul Biya du pouvoir.

Les succès engrangés par l’opposition politique et civile au début des années 1990/92 se sont effrités année après année et pas toujours à cause de la politique répressive du pouvoir RDPC. Les dirigeants politiques des partis de l’opposition ont acquis la triste réputation de danser la danse Bafia : un pas en avant, deux en arrière. Les dernières illustrations concernent la participation à l’élection présidentielle d’octobre 2011 et la participation au défilé du 20 mai. Après avoir demandé aux Kamerunais de ne pas s’inscrire sur les listes électorales, Ni John Fru Ndi a finalement participé à l’élection présidentielle, après des tractations dont, à la date d’aujourd’hui, lui seul connaît, les tenants et les aboutissants.

Depuis l’élection de François Hollande, Ni John Fru Ndi et ses amis s’en remettent aux dirigeants français pour résoudre nos problèmes ! Le patron de la puissance coloniale est devenu le sauveur des colonisés. Nos problèmes seront résolus par les Kamerunais, au Kamerun et non pas à Paris, Londres ou Washington. On a encore en mémoire la fumeuse poignée de main à Bill Clinton en 1992. Y aura-t-il aussi l’accolade à Hollande ? Les Kamerunais veulent d’une Opposition cohérente et engagée. Le MANIDEM et les forces patriotiques mènent les combats citoyens et politiques à côté des Kamerunais, avec les Kamerunais pour résoudre les problèmes de l’immense majorité des Kamerunais. Tel est le rôle que nos compatriotes attendent des partis de l’opposition patriotique. Les combats des Kamerunais se mènent sur le terrain des luttes sociales et politiques, pas à travers des salamalecs aux dirigeants occidentaux. Comment peut-on être cohérent et crédible, lorsqu’on est dans la même démarche de servilité que le pouvoir néocolonial RDPC, vis-à-vis des maîtres occidentaux. Paul BIYA n’est plus le seul meilleur élève du pouvoir français.

Ne trichons pas avec le devenir des Kamerunais et du Kamerun. Faire des déclarations de guerre qui ne sont suivies d’aucune action sur le terrain, voilà la meilleure façon de ridiculiser l’opposition. Une dictature, fût-elle conviviale ne se réforme jamais. Au MANIDEM, nous avons choisi de joindre l’acte à la parole.

Le MANIDEM dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit. »


A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé