› Société

Noun : un gendarme tue son rival puis est décapité par la population en furie

D’après des témoignages, les deux se discutaient les faveurs d’une belle de nuit.

Les faits se déroulent à Massagam, département du Noun, région de l’Ouest du Cameroun. Ce 03 janvier 2020 en mi-journée, la dispute d’une fille de joie a viré au drame.

D’après des témoignages, un gendarme soupçonnait et accusait un civil de partager avec lui la même femme, une belle de nuit.

Pour définitivement être le seul à bénéficier de ses faveurs, il tente de le disqualifier. Il décide alors de débarquer au domicile du jeune homme avec deux autres gendarmes. Objectif : embarquer l’outrecuidant.

Dans la concession familiale où ils arrivent, des témoins rapportent que le père du jeune homme informe que ce dernier est au marché. C’est sur ces entrefaites qu’il l’appelle au téléphone.

Dès son arrivée, les gendarmes tentent de l’arrêter pour une garde à vue. Résistance. S’en suit une rixe qui aboutit au drame : le gendarme en colère sort son arme et tire à bout portant sur son rival rapportent des témoins de la scène.

Ce qui va déclencher la réaction de la population. Celle-ci va fondre sur le pandore, le battre à mort et le décapiter par la suite.

D’autres sources affirment que la dispute a commencé deux jours plutôt dans un snack. Le gendarme convoite une fille de joie qui se trouve en ce moment-là avec le civil.

Le jeu de coq va rapidement se transformer en rixe. Ce à quoi les gendarmes vont répondre pas une rafle. Tout le monde est interpelé, à l’exception du jeune rival qui va réussir à s’enfuir. La suite, c’est l’interpellation de ce jour qui tourne au drame.



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé