Politique › Institutionnel

«Nous avons fait d’un Etat embryonnaire, un véritable Etat démocratique»

Présidant la célébration du cinquantenaire de la Réunification à Buea, Paul Biya a jugé positifs, quantitativement, les 50 ans de la République.

« Qu’avons-nous fait ces cinquante dernières années ? », a questionné Paul Biya dans son discours d’ouverture de la célébration du cinquantenaire de la Réunification à Buea. Après avoir évoqué la guerre civile des années 50-60, et la crise économique qui a frappé le Cameroun dans les années 90, le chef de l’Etat a insisté sur le souci de conjuguer le devoir de mémoire à la vérité. « S’il va de soi que nous avons un devoir de mémoire, nous avons également un devoir de vérité », a-t-il affirmé. Ce devoir de vérité, le chef de l’Etat l’a présenté en un tableau des réalisations du Cameroun sur le plan de l’éducation, la santé, les transports, les institutions entre autres, de 1960 à 2014.

Sur le plan de l’éducation, le chef de l’Etat a rappelé que le Cameroun, au moment de son indépendance, avait un taux de scolarisation de 3%. Aujourd’hui, il est de 90%, « chiffres de l’Unicef », a-t-il précisé. De même sur le plan de la santé, moins d’un demi-millier de structures sanitaires existaient en 1960 contre 2260 formations publiques aujourd’hui. L’espérance de vie qui se situait à 42 ans est « passée à 52 ans actuellement », a souligné Paul Biya. Sur le plan des transports, le réseau routier, qui était estimé à 621 Km de routes bitumées, est composé aujourd’hui de 250.000 Km. Le président s’est félicité, dans le domaine maritime, de ce que le Port de Douala est le premier port dans la sous-région de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac). Sur le plan industriel, point de chiffres cette fois, mais les perspectives qu’augureraient les barrages en construction au Cameroun. La capacité énergétique qui en découlera à terme devrait permettre, selon Paul Biya, de « transformer nos matières premières [.] développer notre industrie de l’aluminium [.] utiliser le gaz comme source d’énergie de nos usines ». Sur le plan institutionnel enfin, le président s’est félicité des progrès accomplis par le Cameroun sur la voie de la démocratie, dont la récente mise en place du Sénat, la future installation du Conseil Constitutionnel. « Nous avons fait d’un Etat embryonnaire, un véritable Etat démocratique », a déclaré le chef de l’Etat. Après cette peinture quantitative, le président a invité les Camerounais à chérir la diversité culturelle qui est la caractéristique principale de l’identité du Cameroun.

Le président de la République du Cameroun, Paul Biya, a présidé ce 20 février 2014, à la place des fêtes de Buea, le défilé civil et militaire. Parade organisée dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de la Réunification du Cameroun. Après le discours du maire de cette ville, Patrick Ekema, qui a remercié le chef de l’Etat pour les infrastructures dont Buea a bénéficiées dans le cadre de cette célébration, il est revenu au président de prendre la parole. Après son allocution, il s’en est suivi un défilé civil et militaire puis une remise des cadeaux de la part des chefs traditionnels des deux régions anglophones du Cameroun : le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Ce 20 février 2014 était jour de célébration solennelle du cinquantenaire de la Réunification du Cameroun. Evénement survenu le 1er octobre 1961.

Pour le chef de l’Etat camerounais, ces cinquante dernières années ont été positives.
Droits réservés)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé