Société › Faits divers

Nouvelle tentative d’assassinat sur une prostituée camerounaise en France

Les actes subis rappellent ceux qui avaient entrainé la mort de Dorothée Nnomo-Rey en mars dernier

Une attaque similaire à celle il y a quelque temps de Dorothée Nnomo Rey
Une autre camerounaise a été victime d’une agression au couteau dans la localité de Chalon en France, a-t-on appris des médias français. L’agression a eu lieu samedi 2 avril et la victime est présentée comme étant une prostituée. le parquet de Chalon a ouvert lundi une information judiciaire (enquête) pour tentative d’assassinat contre X. La victime qui a échappé de peu à la mort en recevant un coup de couteau au thorax est toujours hospitalisée. Un juge d’instruction chalonnais a été saisi et l’enquête des gendarmes se poursuit. Selon les médias français, les enquêteurs semblent trouver des similitudes troublantes avec le crime de Dorothée Nnomo-Rey, tuée de 30 coups de couteau. Comme la nouvelle victime, Dorothée n’avait pas subi d’acte sexuel et sa camionnette n’avait pas été forcée. L’affaire préoccupe aujourd’hui d’autant plus que les enquêtes ne débouchent encore sur aucune piste. Pour l’instant, la police de la localité semble ne négliger aucune piste. Le 10 février un important réseau de prostitution animé par des camerounais avait été démantelé dans la même région de Chalon. « Il peut y avoir des liens entre ces affaires, faisait remarquer Bénédicte Masson, substitut du procureur à Chalon. Ce qui peut faire pencher vers cette hypothèse, ce sont les origines de la victime, et le fait qu’elle se prostituait ». Même si jamais Dorothée Nnomo-Rey n’a été citée dans l’affaire du réseau démantelé à Chalon, ni même entendue comme témoin.

L’enquête cependant n’exclut aucune piste et procède à de nombreuses vérifications, « Nous étudions précisément les faits et beaucoup de témoignages, poursuit-elle. Nous voulons savoir ce qui s’est passé dans les heures et les jours précédant le crime, et élucider certaines questions, comme la raison pour laquelle Dorothée Nnomo-Rey avait récemment changé d’emplacement de travail », a insisté Bénédicte Masson. Aux dernières nouvelles, aucune interpellation n’a été réalisée. Les investigations des gendarmes se poursuivent activement avec les vérifications techniques qui succèdent aux auditions de l’environnement de la victime. Plusieurs téléphones portables appartenant vraisemblablement à la camerounaise ont été saisis par les enquêteurs dans le fourgon qui n’a donc pas été « nettoyé » par l’auteur ou les auteurs du crime. Les camerounaises agressées sont elles la victime d’un client psychopathe, d’un règlement de comptes d’un « gang » de prostituées africaines ou d’une concurrence mal vécue ? Les questions demeurent sur le mobile de ces crimes dont les coups de couteau mortels témoignent d’un acharnement synonyme d’une vengeance. Le fait que la nouvelle victime ait survécu pourra apporter une voie de solution aux enquêteurs. Les traces d’ADN laissés sur la victime et même son témoignage pourront aider à faire avancer les choses.

C’est dans le village de Uchizy que cette camerounaise a été poignardée
Google Maps)/n


À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé