Société › Société

Nouvelles Technologies: L’université de Soa a ses Community Manager

Ils ont reçu leurs documents de certification à la capacité à gérer les médias sociaux, mais le défi du Community Management devra être mieux abordé

Des responsables de l’université de Yaoundé II située dans la localité de Soa à 25 kilomètres de la capitale camerounaise se sont vus remettre des diplômes sanctionnant la fin de deux séries de formations visant à faire des managers de réseaux sociaux comme facebook, Twitter ou encore Youtube pour le compte de cette institution, a-t-on appris le 21 juin 2013 à l’occasion d’une cérémonie organisée à cet effet. La cérémonie officielle de remise de document clôturait deux moments de formation sur le sujet, avec une première phase qui s’est tenue en janvier 2013 et la deuxième qui s’est achevée le 13 juin et a concerné les enseignants. Dans l’esprit des initiateurs de ce projet, le but recherché est de démocratiser les relations au sein de l’université en permettant un meilleur accès des uns aux autres, mais aussi permettre à la communauté de cette université de vivre dans la transparence. Ce projet est destiné aux étudiants. Pour améliorer ses chances de succès, il nous a semblé important d’associer l’administration et les enseignant qui sont partie prenante dans la gestion des aspects pris en compte par le projet, c’est la raison pour laquelle la formation a concernée es deux catégories, a expliqué Guy Tsala Ndzomo un des vices recteurs de l’institution coordonnateur du projet. Le projet de Community management au sein de l’université de Soa qui s’appelle « For Students With Students » est né de la volonté par le besoin de concilier le nombre croissant des étudiants et le besoin corolaire de remplir le service d’information général sur les activités de l’université. Un des impacts attendus du projet est celui d’optimiser la relation entre les étudiants et l’administration universitaire.

Un tel projet n’est viable que s’il prend en compte l’ensemble des acteurs de l’université, que si l’on s’assure leur adhésion et leur participation. C’est dans cette optique que des enquêtes ont été lancées dans le but de déterminer d’une part le média social le plus utilisé par les étudiants et d’autre part pour améliorer le site internet de notre université a expliqué Oumarou Bouba, le recteur de cette université. Le projet débute tout doucement, la page Facebook de l’université ne possédant qu’un peu plus de 415 affiliés. Les gros défis restent à venir. Alimenter et organiser le Community Management, un métier qui se développe chaque jour et qui est opéré par de grands groupes spécialisés. Le projet a bénéficié de l’appui de la coopération allemande au développement, et l’appui technique d’une experte turque en gestion des réseaux sociaux. Pour les étudiants les avis sont mitigés. Je trouve que c’est une bonne idée c’est vraiment difficile de devoir parcourir les longues allées de l’université pour avoir parfois une petite information. Avec cette ouverture sur le Community management et un site web plus dynamique, je crois que ce sera plus facile pour nous, affirme Eric Serges S étudiant en économie à Soa. Pour d’autre il y a une petit réserve. Vous savez c’est bien tout ceci, mais déjà il faut que le Community manager soit vraiment efficace, parce qu’il y a des gens qui sortent des zones où il n’y a pas l’internet et plusieurs personnes même en ville ne connaissent pas ce qu’on appelle facebook donc je crois qu’il ya un défi à surmonter. A côté de cela l’internet reste cher et trop lent, donc inaccessible pour plusieurs personne, le projet devra en tenir compte aussi. Je pense qu’il faut aller plus loin en ouvrant une grande salle multimédia qui remplacera les départements des différentes filières et où il y aura u accompagnement des étudiants, explique pour sa part Mathurin Fotso, expert en projet TIC

Les Community Manager de l’UYII-Soa
Journalducameroun.com)/n
À LA UNE
Sondage

Un candidat de l'opposition a-t-il une chance de gagner la présidentielle 2018 au Cameroun?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut