Société › Société

Obsèques de Mgr Bala : Tristesse et consternation lors de la mise en bière

La levée de corps de l’évêque de Bafia a eu lieu ce mercredi 02 août à l’hôpital général de Yaoundé.

09h15. Hôpital général de Yaoundé. Une dizaine de policiers scrute et filtre les entrées. « Les personnalités administratives d’abord ! Après nous verrons comment faire passer les autres ». C’est la consigne. Un officier police se charge de le rappeler à son collègue.

Les accès sont filtrés. Même les proches du défunt et les journalistes ne peuvent entrer comme bon leur semble. Ils doivent supplier ou alors contourner le dispositif sécuritaire pour accéder à la salle où se tient la mise en bière.

Tout près de la barrière de sécurité érigée par les policiers, à l‘entrée des lieux, deux sexagénaires, des parentes du disparu, fondent en larmes. Avec leurs cris, elles disent leur détresse en langue Béti. Ces hurlements vont briser le silence qui régnait jusqu’ici ! L’atmosphère s’alourdit. Au même moment, dans la foule, certains baissent la tête. Les gens ne se regardent plus, la tristesse règne.

9h22 minutes, le bal des officiels commence. En cortèges, les membres du gouvernement, les autorités religieuses vont se succéder. On verra arriver tour à tour le ministre du Travail, Grégoire Owona ; celui de la Santé André Mama Fouda ; le gouverneur de la région du Centre, Naseri Paul Bea, le ministre de la Justice, Laurent Esso, par ailleurs représentant du chef de l’Etat. Ce dernier a d’ailleurs envoyé une gerbe sur laquelle est inscrite « Monsieur le président de la république et madame Biya ».

Monseigneur Samuel Kleda, archevêque de Douala, par ailleurs président de la Conférence épiscopale nationale du Cameroun, est arrivé lui aussi. Plusieurs autres évêques et ministres sont dans la salle depuis quelques heures déjà, nous indiquera un membre du protocole.

Haie d’honneur en hommage au défunt
La cérémonie de mise en bière va finalement commencer à 10 h précises. Elle sera constituée d’une messe de 30 minutes. A l’issue de l’office religieux, le représentant du chef de l’Etat, Laurent Esso, ainsi que les ministres et autorités présentes, vont sortir de la salle pour former une haie, en hommage au défunt.

Des clichés de tristesse se succèdent. Des évêques et prêtres sont en larmes. Mgr Victor Tonye Bakot, ancien archevêque de Yaoundé, n’a pas de mot. A un journaliste teigneux, le prélat confiera sur un ton posé : « Mon fils je ne peux rien dire, je ne peux pas parler ».

A côté, plusieurs ministres regagnent leurs véhicules sans aucune déclaration. Certains, comme Laurent Serge Etoundi, diront leur tristesse du moment devant les caméras.

Le cortège funèbre a ensuite pris la direction de la Cathédrale de Yaoundé, où une messe a été dite en hommage à l’évêque décédé.


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé