Société › Société

OMS: Le suicide fait plus de morts que les guerres et les homicides

C’est le constat qui se dégage du rapport portant sur le suicide publié par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Selon celui-ci un million de personnes par an mettent fin à leur jours

Le monde entier célèbre la prévention du suicide ce lundi 10 septembre. En prélude à la commémoration de cet évènement, l’OMS a publié un rapport portant sur le sujet. Ce rapport sonne comme un appel que l’OMS lance avant la 10e édition de la journée mondiale de prévention du suicide. Le Dr Shekhar Saxena qui a présenté ce rapport, explique que « durant les dernières années, son taux a augmenté de 60% dans certains pays ». Les jeunes de 15 et 19 ans sont les plus touchés. Chez ceux-ci, le suicide est la deuxième cause de décès. Ils sont suivis dans le classement par les personnes âgées. Le rapport révèle également qu’il y a trois fois plus d’hommes qui se suicident que de femmes. Mais, les femmes font trois fois plus de tentatives que les hommes, ce qui ramène à 20 millions le nombre de tentatives par an dans le monde. Selon certains, si le nombre d’hommes qui mettent fin à leurs jours est plus élevé que celui des femmes c’est parce qu’ils utilisent des moyens plus radicaux. Ainsi, « Une personne meurt dans le monde suite à un suicide toutes les 40 secondes environ, soit plus que le nombre combiné des victimes de guerres et d’homicides » déclare l’OMS. Le suicide touche tout le monde, sans distinction de classes. Mais le nombre est plus important chez les personnes à la retraite, au chômage, divorcées, sans enfants, citadines ou vivant seules.

Le paradoxe des « pays heureux »
Ce qui frappe quand on jette un coup d’ il aux statistiques, c’est que les pays les plus enclins au suicide ne sont pas forcément ceux que l’on croit. C’est en Amérique centrale et du Sud que l’on se suicide le moins: Pérou, Mexique, Brésil et Colombie notamment. Tandis qu’en en Europe de l’Est, en Lituanie ou en Russie par exemple, on trouve le plus de suicides. Ces pays sont pourtant cités en exemple comme pays de bonheur grâce à leur politique familiale développée, leur égalité sociale et leur économie florissante.

L’année dernière, une étude américaine a mis en évidence le paradoxe selon lequel on se suicide plus dans les « pays heureux ». L’étude remarquait que la corrélation entre bonheur et suicide était évidente pour 21 pays, comprenant 17 pays européens, les Etats-Unis, le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, et que ni le climat, ni la religion ne semblaient être décisifs sur ce résultat. La crise économique peut être l’un des éléments favorisant l’augmentation du taux de suicide. En avril dernier, une étude de l’Association de recherches économiques et sociales italienne (Eures) indiquait que depuis 2010, le nombre de suicides n’avait eu de cesse d’augmenter. Cette étude arrivait à la conclusion que la crise économique causait un suicide par jour dans le pays. En 2010, en Italie, le nombre de suicides parmi les chômeurs aurait augmenté de plus de 30%. Et les chefs d’entreprise et les travailleurs indépendants étaient également plus nombreux à mettre fin à leurs jours. Un phénomène illustré en France, ces dernières années, par une série de suicides à France Telecom. Le rapport de l’OMS relève d’ailleurs qu’il n’y a pas de statistiques pour de nombreux pays d’Asie du Sud et d’Afrique. Difficile dans ces conditions de se faire une idée de l’ampleur du problème dans ces pays.


acide.skynetblogs.be)/n


L’Info en continu
  • Cameroun
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Back top
error: Contenu protégé