Dossiers › Focus

On va danser du ben-skin à l’Olympia de Paris

André-Marie Tala y prestera le 17 mai prochain, à l’occasion de la célébration de ses 45 ans de carrière musicale, en compagnie de son «ami» Sam Fan Thomas, légende vivante de la musique camerounaise

André-Marie Tala, auteur de «Ben Skin», titre à succès des années 1993 encensant ce rythme musical de certains peuples des Grassfields, sera en concert le 17 mai prochain, dès 20h, à l’Olympia de Paris. Ce sera à l’occasion de la célébration de ses 45 ans de carrière, événement qui a débuté par Douala-Bercy, au Cameroun, début d’année 2014.

Il sera accompagné sur scène par son «ami» Sam Fan Thomas, légende vivante de la musique camerounaise, dont la célébrité a été consacrée avec le titre «African Typic Collection» devenu succès international à sa sortie en 1984, avec l’album «Makassi».

«Dans le sillage de la célébration de ses 45 ans de carrière, ce spectacle constitue un rare moment de redécouverte d’une uvre plurielle, inspirée, puisant dans les ressources du patrimoine bamiléké et de plusieurs terroirs du Cameroun, terre de virtuoses et de musiciens reconnus dans le monde. Un patient et dur labeur, tout en gammes, notes et compositions recherchées, s’inscrivant dans la culture populaire et les standards de qualité, empruntant au jazz, à la funk et à la soul», explique-t-on au sein du comité d’organisation de ce spectacle inédit. Le concert est prévu dimanche 17 mai à 20 heures , dans la «salle mythique de Bruno Coquatrix», où a presté avec brio le 14 septembre dernier le groupe X-Maleya.

André-Marie Tala donnera une conférence de presse au Grand Palais de Paris (Rotonde Alexandre III. Restaurant Mini-Palais), ce jeudi 07 mai à 13 h 00, en prélude à l’événement.

L’auteur de «Tala», «Mother Africa» ou encore «qui saurait me dire» va faire danser ses fans et le public avec de nombreux morceaux du terroir mais aussi des rythmes qui empruntent aussi bien au jazz, au funk ou à la soul. «Mon souhait c’est de remplir la salle et d’offrir à ce public un spectacle riche en son et en lumière, en somme: un bon spectacle», confie André Marie Tala. Le spectacle sera également une occasion pour les spectateurs de rendre hommage à ce grand homme non voyant, qui a su braver son handicap pour se hisser au «premier plan de la musique camerounaise, africaine et internationale».

Articles liés:
André-Marie Tala: «Sam Fan Thomas a toujours été à mes côtés»
André-Marie Talla comme Stevie Wonder

L’affiche du spectacle prévu le 17 mai à l’Olympia
Droits réservés)/n



À LA UNE


SondageSorry, there are no polls available at the moment.
Retour en haut
error: Contenu protégé